AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Entre le bien et le mal il n'y qu'à pas à faire... Devinez dans quel camp je suis (Terminée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Liam J. Slyfiter
A beautiful life
Voir le profil de l'utilisateur
Célébrité : Ian Somerhalder
Date d'inscription : 03/01/2014
Messages : 841
Toi : :
Crédits : D.S.R & Tumblr
Age : 32 ans
Emploi/Etudes : Propriétaire du Black Mambo & Proxénète
Statut Civil : Célibataire
MessageSujet: Entre le bien et le mal il n'y qu'à pas à faire... Devinez dans quel camp je suis (Terminée Sam 25 Jan - 13:21

+  La mort n'est que le commencement d'une nouvelle vie +
Liam, James Slyfiter

Nom : Slyfiter. ♦️ Prénom(s) : Liam James. ♦️ Age : 32 ans. ♦️ Date de naissance : 15 juillet 1981. ♦️ Lieu de naissance : Miami. ♦️ Statut civil : célibataire. ♦️ Classe sociale : Elevé. ♦️ Orientation sexuelle : Bi. ♦️ Emploi/Études : Propriétaire du Black Mambo/ Proxénète . ♦️ Groupe : Hurricane. ♦️ Célébrité : Ian Somerhalder. ♦️ Crédits : Tumblr. ♦️ Scénario : Nop.


+ Un peu plus sur toi +

♦️ On veut tout savoir surtout en ce qui concerne tes tics, manies, etc... : C'est un gros fumeur surtout quand il travaille malgré qu'il ne supporte pas l'odeur de la cigarette froide (+) Il fait beaucoup de sport cela lui permet de s'évader et de ne plus penser à rien (+) Il est très protecteur avec les personnes qu'il aime même si pour certaines personnes, il le cache. (+) il est accro au coca et au chocolat (+) Il déteste les brocolis (+) Il a un python royal qu'il n'hésite pas à sortir et à le prendre sur lui quand il regarde la télé (+) Il ne réfléchit pas toujours avant de foncer (+) Il possède une moto et adore aller faire des ballades dans la nature (+) Il va toujours au bout des choses (+) Même quand il ne parle pas, il écoute beaucoup et observe tout autour de lui (+)  Il ne supporte pas que chez lui ça ne soit pas ranger, il en fait toujours un peu tous les jours ça évite d'en faire trop (+) Il aime regarder les films d'action en tout genre et déteste les films à l'eau de rose comme il dit c'est des films pour les fillettes, bon il n'avouera jamais avoir pleuré devant un de ses films (+) Il ne téléphone presque jamais et préfère loin de là envoyer des sms (+) il adore manger des sushis (+)  Il n'hésite pas à emmener une fille ou un mec chez lui même si c'est une personne du boulot.

  ♦️ Caractère : (minimum 10 points) ♦️ Méfiant ♦️ Caractériel ♦️ Violent (parfois) ♦️ Bi-polaire ♦️ Têtu ♦️ Rancunier ♦️ Franc ♦️ Intelligent ♦️ Joueur ♦️ Séducteur ♦️ Calculateur ♦️ Infidèle ♦️ Sur de lui


+ Toi derrière l'écran +

Prénom/Pseudo : Suzie/Armazing. ♦️ Age : 99 ans. ♦️ Pays : France ♦️ Fréquence de connexion : Tous les jours pour la connexion, pour le rp ça dépendra mais quasi tout le temps XD. ♦️ que pensez-vous du forum ? : Moche comme d'hab XD. ♦️ Autre à dire :   



 
Someone like you
 

(¯`•¸·´¯)(¯`·¸•´¯)


Le passé aide à construire l'avenir
pourquoi c'est si simple de dire qu'il vaut mieux oublier alors que ce n'est pas possible. On a un passé et ce passé nous aide à aller de l'avant maintenant il ne reste qu'à voir si l'on prend le bon chemin ou non. Pour le moment je ne suis pas sur la bonne voix et tant qu'il ne sera pas mort, je ne pourrais être celui qu'elle veut.© caius


Dernière édition par Liam J. Slyfiter le Sam 25 Jan - 17:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Liam J. Slyfiter
A beautiful life
Voir le profil de l'utilisateur
Célébrité : Ian Somerhalder
Date d'inscription : 03/01/2014
Messages : 841
Toi : :
Crédits : D.S.R & Tumblr
Age : 32 ans
Emploi/Etudes : Propriétaire du Black Mambo & Proxénète
Statut Civil : Célibataire
MessageSujet: Re: Entre le bien et le mal il n'y qu'à pas à faire... Devinez dans quel camp je suis (Terminée Sam 25 Jan - 13:21

+ C'est ceux qui t'insultent de fou qui le sont généralement +
Il était une fois

« Le bien et le mal ne sont pas des grandeurs parfaitement opposées l'une à l'autre ; le bien souvent accouche du mal et la capacité de voir le mal en face est ce qui nous ouvre la capacité d'un bien relatif…… [André Glucksmann]»

Dans la vie il y a des choses qu’on arrive à contrôler et d’autre non, pour ma part je n’arrive à rien contrôler, ma vie est chaotique et pourtant j’avais un soutien immense, un soutien que je n’aurai jamais imaginé, elle était là, il s’agit de ma sœur, ma princesse, ma vie, sans elle je ne suis rien mais ça vous le saurez bien plus tard, il est temps pour moi de vous raconter mon histoire, mais je vous préviens d’avance, ce que vous allez lire ne va pas être tout beau et tout rose comme dans les contes de fée, ma vie n’est pas un conte de fée maintenant je vous laisse juge de tout ça….

1….2….3 je m’en vais au bois…4…5…6 cueillir des cerises…7…8…9 dans mon panier neuf…10…11…12…Elles seront toutes rouges…. Rouge une des couleurs que je préfère dans ce monde si fade, la couleur du sang, la couleur de l’amour aussi. Je suis né il y a maintenant 31 ans, à Miami, ville de mes parents, ouai c’est bien mais on s’en fou… Revenons à nos moutons…1….2….3 mouton…. Je ne suis pas fou, ne vous inquiétez pas… je suis le troisième de la famille – oui mon jumeau est né 3 min avant moi et nous avons un grand frère - et pour le moment j’ai bien trouvé ma place dans la famille, je les aime tellement et puis mon père, ce héros franchement, je me demande comment il fait pour être toujours comme ça, il était merveilleux et ma mère telle une princesse avec son prince charmant qui l’attend sur son cheval blanc pour lui raconter monts et merveilles, elle était une femme tellement belle et généreuse, on ne manquait de rien, je me souviens encore de l’odeur de ses gâteaux, de ses bons petits plats, c’était une femme tellement grande par ce qu’elle pouvait représenter et puis elle a donné naissance à une petite fille 3 ans après ma naissance, une petite puce, une petite princesse, j’aurai pu être jaloux étant au milieu de la fratrie mais non, elle était ma déesse, mon repère, mon ange, pourtant elle était si petite quand elle est arrivée à la maison, je n’aurai jamais imaginé qu’elle soit ainsi, mais oh mon dieu qu’est-ce qu’elle pleurait, mes parents savaient toujours pourquoi à croire qu’il parlait le bébé mais moi j’étais complètement à l’ouest et puis impossible pour moi de rester en place quand elle criait et même dans les autres moments, il fallait toujours que je fasse quelque chose et encore je ne restais pas à la même place, c’était dur merde…

Promenons-nous dans les bois….Pendant que le loup n'y est pas….Si le loup y était, il nous mangerait….Mais comme il n'y est pas….. Il nous mangera pas….Loup y es-tu ? Que fais-tu ?...ça je peux vous le dire ce qu’il fait….Il tue pour le plaisir, il tue pour se prouver qu’il est grand, mais aussi qu’il est puissant, qu’il est le meilleur… Mon père n’avait pas une bonne opinion de lui et il l’avait fait savoir lors d’un truc à la télé, ce qui avait énervé cet homme et il était venu chez nous, j’avais 15 ans,, je m’en souviens parfaite de ce jour, un jour qui reste en moi et sur moi…C’est vrai, vous voulez voir mon dos ? Il a gravé une partie de poème dessus mais je vous direz ça après… 1…2…3…Il est là…4…5…6 à vouloir faire des bêtises…7…8…9 tout en jouant avec son couteau neuf….10…11…12 tous découper et plein de rouge…Rouge comme le sang, le sang qui coule…J’étais là, je voulais fuir mais il ne voulait pas, comment avait-il pu venir chez nous, j’en savais rien, j’aurai tellement voulu partir, pour ne pas voir tout ça, pour ne pas voir ma famille se faire tuer, je voulais fermer les yeux mais il m’en empêchait, me disant de regarder, que j’allais aimer, mais non je n’aimais pas, je voyais le regard de mon père et les cris de ma mère me faisait mal au plus profond de mon être, je priais pour que Gen et Lilian ne rentre pas, je ne voulais pas qu’ils voient tout ça mais pire encore, je ne voulais pas qui leur arrive ce qui allait arriver. Le premier à mourir c’était mon père, il vint à lui couper les mains comme ça, le sang coulait mon père me regarder, j’avais l’impression qu’il voulait me rassurer, je sentais les larmes coulaient sur mes joues, ma mère hurlait toujours, j’aurai tellement voulu la prendre dans mes bras mais je n’avais pas le droit l’homme me tenait, il m’interdisait de bouger, pourtant j’avais 15 ans j’aurai pu faire quelque chose mais non j’étais là à regarder, il vint à demander à mon père de tirer la langue, et d’un coup il lui coupa la langue, mon père vint à s’écrouler, l’homme vint à me faire s’approcher de lui, mon père gisait au sol alors qu’il allait voir ma mère, il lui arracha ses vêtements avant de lui dire de s’allonger sur le lit, il vint à monter sur elle, avant de redescendre, je serrais les points, je ne voulais pas qu’il touche à ma mère et pourtant il vint à la brûler vif, je l’entendais hurler puis plus rien du tout, plus un son et il retourna sur mon père pour le brûler à son tour…..

C’est à ce moment-là que je vins à entendre le chien, il devait être avec mon frère ainé, d’un coup le regard de l’homme changea, on ne voyait pas son visage il était masqué on voyait simplement ses yeux, je m’en souviendrais toujours de la forme bien que je ne pourrais vous dire la couleur, c’est assez flou mais je pourrai vous dire la forme et tout ce qu’il avait l’air de ressentir, il avait l’air d’aimer ça, de prendre son pied, il donnait l’impression d’être un être maléfique qui prenait son pied en tuant le plus de monde, Je peux vous dire que c’est la vérité, il est tout ça…1…2…3..il est là…4..5…6 jouant avec son canif….7…8…9… Un peu de sang neuf…10…11…12… tout est rouge…Rouge, il y a du sang partout et le voilà qu’il me tient par la main pour me conduire dans la salle de bain ou se cacher mon frère avec le chien, il pleurait et je ne pouvais pas le prendre dans mes bras, il m’empêchait et je me souviens de cette phrase qu’il m’a dit à ce moment précis « Regarde bien petit…Je suis sûr que tu vas aimer…La vie est ainsi faite…Chacun doit mourir un jour mais toi tu resteras en vie car je l’ai décidé » A croire qu’il se prenait pour Dieu, tu parles dieu n’existe pas c’est pour les abrutis de croire en lui sinon ma famille serait toujours vivante. J’étais contre la porte alors que le chien aboyait jusqu’au moment où l’homme vint à me faire sursauter, d’un coup, un seul geste lui a fallu pour tuer notre chien, je l’entendais gémir un peu avant de voir tout ce sang puis les boyaux à l’air. Il se tourna vers mon frère et je vins à me mettre devant regardant l’homme dans les yeux, j’avais cette impression qu’il souriait à travers son masque, je ne bougeais pas avant qu’il ne me prenne par le bras pour me mettre de côté, il vint à attraper mon frère pour le mettre dans la baignoire et il vint à le tuer à son tour, le sang giclait de partout, il y avait de sang partout, j’en avais sur moi, je vins à baisser la tête pour me regarder, je sentais cette odeur de mort roder autour de moi c’est alors que je vins à lever le regard sur lui, il me fixait, me regardait, je le regardais, je n’arrivais pas à détacher mon regard de lui.

Il s’approcha lentement venant retirer mon haut, je me demandais ce qu’il allait faire, il vint à me demander de me retourner, à ce moment précis je pensais que j’allais mourir, je voyais ma sœur qui me souriait et pourtant elle n’était pas là, d’un coup, je vins à sentir une lame brûlante sur mon dos, je criais sous la douleur, j’avais mal et il me disait qu’il fallait que je me taise, alors j’essayais de le faire, j’avais mal mais je serrais les points, je ne savais pas ce qu’il faisait, je ne savais rien du tout, je sentais la lame entrer en moi lentement, j’avais l’impression qu’il écrivait quelque chose, je ne savais pas quoi d’un coup il vint à murmurer « Maintenant nous sommes liés toi et moi… on se reverra… » Je ne bougeais pas, jusqu’au moment où je vins à me mettre dans le placard ma tête sur les genoux entrain de pleurer, je ne sais pas combien de temps je suis resté là, pleurant comme jamais je n’avais pleuré auparavant, d’un coup je vins à voir la porte s’ouvrir, je pensais qu’il était déjà revenu pour finir le travail mais non c’était Gen et Lilian, ils étaient là face à moi venant me prendre dans leurs bras, je pouvais voir leurs yeux, ils étaient remplit de tristesse et de terreur, ils m'aidèrent à me lever avant de se retrouver dehors, j’étais torse nu, le sang coulait encore, je ne savais pas pourquoi il m’avait laissé en vie mais à ce moment précis, je vins à me sentir différent, d’un coup je vins à tourner le regard, je le sentais, il n’était pas loin, je le savais, il nous regardait, c’était comme si en un instant j’étais connecté à lui parce qu’il avait fait. Peu de temps après, les sirènes vint à se faire entendre, d’un coup plusieurs personnes se retrouvaient autour de nous, ils avaient l’air triste, je voyais le visage de la voisine me regarder ou plutôt regarder mon dos, je ne savais pas ce qu’il y avait d’écrit d’un coup on se retrouvait à l’hôpital dans ce monde froid et blanc, dommage j’aimais bien le rouge.

Voilà je vins à rester à l’hôpital quelques jours seulement, avant de sortir et de me retrouver chez ma tante, elle était gentille avec nous, cela me faisait drôle, j’avais l’impression qu’elle jouait un jeu avec eux, pour moi elle avait l’air trop gentille, et puis voilà le jour de l’enterrement, mon dos me faisait souffrir mais je ne voulais pas rester à la maison, je vins à enfiler mon costume noir avant de descendre dans le salon, il y avait plein de monde fou, je ne les connaissais pas, j’avais l’impression d’avoir à faire à des hypocrites tous à faire les gentils et faire croire qu’ils avaient de la peine pour mes parents alors que j’étais sûr que personne ne les connaissait vraiment, certains me souriaient et moi j’étais là impassible, je ne voulais rien leur montrer, j’allais vers ma sœur et je vins à leur prendre sa main avant de partir au cimetière, c’était vraiment moche, je regardais les trois cercueils tout en tenant la main de ma sœur et de mon frère, d’un coup je vins à les lâcher alors que le prête venait de finir de parler, je détestais ça, je détestais tous ses gens, je vins à m’approcher des cercueils, posant ma main sur chacun d’entre eux, avant de fredonner lentement 1…2…3 je suis là…4…5…6 autour de vous pensif…7…8…9 tout est neuf…10…11…12…Tout était rouge…d’un coup je vins à regarder ma sœur tout en arrêtant de chanter, je ne m’en étais pas rendu vraiment compte, ce tueur m’avait marqué plus que de raison mais ça je finirai par vous en parler un peu plus après. Je revins à ma place regardant autour de moi, je sentais les regards sur moi, qu’est-ce que je détestais ça…Merde c’est vrai on n’était pas des bêtes de foire, on nous observait comme si on était des monstres ou je ne sais quoi c’est quoi ces conneries, on venait de revenir chez ma tante, tout le monde était là à nous regarder une nouvelle fois, j’avais envie d’hurler qu’il aille tous au diable, je ne voulais qu’une chose à ce moment précis, que mes parents entrent dans la pièce avec mon frère mais non ce n’était pas possible, rien ne pourrait être possible, je vins à me mettre à l’écart observant tout, Tic tac tic tac me voilà…

Enfin tout le monde était partit, je me retrouvais seul avec ma sœur et mon frère bon on était avec ma tante et sa famille mais je n’arrivais pas à être simple, je n’arrivais pas à être bien, j’avais l’impression que le tueur était dans ma tête, j’entendais toujours cette musique et ces paroles 1…2…3…Il est là…4…5…6 à vouloir faire des bêtises…7…8…9 tout en jouant avec son couteau neuf….10…11…12 tous découper et plein de rouge… Ces paroles me trottaient en tête, je ne jouais pas et je dormais mal mais le pire c’est que j’aimais voir des gens souffrir et le rouge, cette couleur est en moi, j’aime cette couleur. Mais voilà ma tante et mon frère ont jugé que je devais me faire suivre par un psy enfin pire encore car elle a décidé de me mettre dans un hôpital psychiatrique, pfff quelle garce, je la déteste pour ça comment a-telle pu me séparer de ma sœur, de ma vie… Me voilà enfermer dans cet endroit froid et lugubre, qu’est-ce que je peux détester le blanc, c’est moche le blanc qui va me dire que c’est beau le blanc mais faut pas rêver qu’est-ce que c’est moche et puis tous ses médicaments pffffffff il pourrait endormir un bœuf, Tic...Tac…Tic…Tac…C’est lui….Tic…Tac…Tic…Tac… Il est dans ta tête….Tic…Tac…Tic…Tac… Attention à toi….Tic…Tac…Tic…Tac…Bientôt il sera de nouveau là… Eh voilà encore une fois, j’avais des musiques en tête, des musiques que je n’avais jamais entendues, j’avais cette impression pourquoi ne me laissait-il pas, pourquoi vouloir faire ça… les jours passent et ne se ressemblent pas comme on dit et pourtant la journée se passe toujours pareil, le réveil tranquille, un petit déjeuné bien mauvais, et une petite pilule… retour dans la chambre et hop le voilà de nouveau en moi dans la tête, je l’entends…Puis le repas et la journée continue comme ça voilà comment a été ma vie pendant deux ans, deux ans enfermés loin de ma sœur.

Me voilà enfin dehors, enfin libre, je sais que je ne suis plus le même et pourtant il va falloir que je me fasse à cette idée, mais c’est deux ans d’enfermement on eut raison de moi, je ne suis plus le même 1…2…3…je m’en vais au bois…4…5…6....faire un sacrifice…7…8…9…saignez comme un bœuf…10…11…12…Tout sera tout rouge…Rouge comme ma couleur préférée, rouge comme le sang, vous allez me dire, il est fou à parler de rouge tout le temps mais que voulez-vous j’aime le rouge, j’en suis accro même. Mais voilà tout ça à un prix, j’aime ma sœur, et je me dois de la protéger par contre c’est vrai que je peux devenir très violent surtout si on lui fait du mal, je ne supporte pas qu’un homme l’approche, je l’aime trop, je l’aime d’un amour passionné, c’est peut-être malsain pour certains mais pas pour moi. Mais voilà, je m’isole encore plus, je l’entends toujours, j’ai l’impression qu’il est en moi, j’en suis fasciné, c’est dingue ça, ce que je ressens, je le dessine mais ce que je dessine est loin de sortir des contes de fée des jolies jeunes femmes au contraire, je dessine ce que j’ai vu, mais aussi des scènes qu’il aurait pu faire, peut-être est-ce le cas je ne sais pas, je ne regarde pas la télé, je déteste ça, à quoi bon regarder la télé…Tic…Tac…Tic…Tac….Surtout pour apprendre qu'il y a encore eu un meurtre enfin ça je le savais, je lisais le journal tous les jours simplement parce que voulais en savoir encore plus, j'essayais de reprendre le cours de ma vie, mais non je n'y arrivais pas, je ne voulais pas faire des études, ça sert à rien les études enfin pour moi. Et puis, je sais que je ne suis pas encore stable dans ma tête et puis je ne le serai jamais ça j'en suis sure, je l'entends toujours et parfois je lui parle du moins je parle à quelqu'un alors ne vous inquiétez pas si par moment, je dis des choses incohérentes ou si des mots vous font peur ce n'est rien du tout... « Chut arrête de dire ça, je suis pas comme toi... » enfin voilà je surveille ma sœur de loin, je reste dans mon coin sans rien dire, chez ma tante j'ai l'impression d'être un zombi, je ne sais pas j'aime pas être ici, je ne me sens pas à ma place parfois je n'ai qu'une envie retourner dans ma maison, dans la maison de mon enfance, mais aujourd'hui c'est impossible, elle a été vendu, « Regarde comme c'est beau c'est tout rouge, j'adore le rouge et toi? » et puis depuis mon internement, mon jumeau celui avec qui je partageais tout est devenu un autre ou alors est-ce moi car nous sommes l'opposé aujourd'hui, lui le sage et moi le débile.

Ma sœur, ma vie, mon amour, voilà ce qu'est ma sœur et pourtant ça fait quatre ans que je suis sortis de l'hôpital et je n'arrive pas à lui parler et pourtant elle me le demande souvent, elle me demande souvent de lui parler, de lui dire ce que je ressens mais je ne peux pas, elle ne doit pas savoir, 1,,,2,,,3 je suis là 4,,,5,,,6 tu vas souffrir 7,,,8,,,9 brûler comme un objet neuf 10,,,11,,,12 tu deviendras tout rouge, on ne peut pas dire que je suis doué avec l'amour, je ne le suis pas en 22 ans, je n'ai pas vraiment connu l'amour sauf avec ma sœur, mais je ne sais pas, j'ai l'impression d'être différent, je ne suis pas attiré que par les filles, parfois les hommes m'attirent aussi mais pour le moment je n'ai pas franchi le pas, je ne suis pas sûr de tout ça, j'ai eu une fois une petite amie mais ça s’est vite fini, elle avait jugé que j'étais trop instable pour ça « hey tu viens on va au bois » enfin c'est ainsi mais à ce moment-là, je me sentais encore plus mal, je n'étais pas bien, je m'entendais de plus en plus, il était là en moi, je le sentais et je ne voulais pas être comme lui, je me sentais de plus en plus mal et j'ai commis un geste que beaucoup juge de lâche. Je me souviens de ce jour, personne n'était à la maison, j'étais seul, j'étais sur mon lit, je l'entendais, il était là, j'avais cet impression qu'il était en moi « Chut...Tais-toi j'en pas envie de t'entendre, j'en ai marre....Ferme-là » d'un coup j'avais cette lame de rasoir dans la main, je regardais droit devant moi, avant de regarder la lame et d'un coup je vins à m'entailler les poignets, je vins à lâcher la lame avant de fredonner 1…2…3 je suis là…4…5…6 autour de vous pensif…7…8…9 tout est neuf…10…11…12…Tout était rouge… et d'un coup plus rien, le trou noir, je me voyais partir et je me souviens m'être réveillé de nouveau dans cet hôpital ou tout est blanc, je suis mal j'ai l'impression que tout dérape en moi, pourquoi ils m'ont pas laissé partir, je voulais partir, je voulais oublier, ne plus entendre ses voix ou voir son regard, j'étais sur ce lit attaché, je me débattais, je voulais partir, je voulais fuir, je voulais être mort et ne plus souffrir.

Tic...Tac...Tic...Tac... c'est étrange comme on peut modifier certaines habitudes, on me collais complètement droguer devant la télé la plus part du temps c'était les infos, je regardais sans vraiment regarder, et puis au bout de quelques mois les médicaments n'étaient plus aussi puissant, je comprenais tout et j'étais tout le temps devant la télé mais pas seulement et puis il y avait ce garçon, je ne sais pas ce qu'il avait, il me regardait souvent avec insistance, il était étrange, il m'attirait aussi bizarrement que cela puisse être, c'était vraiment la première fois que je ressentais ça, j'avais par moment envie de l'embrasser mais ses voix était toujours là, elle m'empêchait d'aller le voir, c'était étrange mais on vint à finir par parler 1,,,2,,,3 Il est là,,, il me réconfortait, c'était le seul que je pouvais supporter dans cet endroit blanc...Blanc je déteste le blanc...Blanc c'est moche le blanc...Blanc, blanc, blanc tout est blanc vivement que je revoyais du rouge, je voulais un bout de tissus rouge. Je pensais que j'allais vite sortir si je continuais ainsi mais non peu de temps après ma rencontre avec ce garçon, il vint à se produire une chose qui vint à me rendre fou. Je regardais la télé avec lui, et d'un coup un flash info, je regardais sans rien dire jusqu'au moment où d'un coup le visage de ma sœur vint à apparaître, je vins à demander de mettre un peu de son, j'écoutais ce que la jeune femme à l'écran disait, d'un coup mon sang se glaça, je vins à sentir une douleur en moi, j'avais l'impression qu'on venait de me planter un couteau, elle venait d'être enlevé. D'un coup je vins à plus rien contrôler, je vins à tout casser autour de moi, frappant plusieurs personnes autour de moi, je ne me contrôlais plus, je devais fou, je voulais voir ma sœur, j'hurlais, je voulais sortir, il fallait que je sorte, je courrais dans l'hôpital cherchant à sortir, frappant tout ce qui me mettait devant moi et puis d'un coup plus rien une nouvelle fois à part la sensation d'avoir reçu une piqure.

C'était bien le cas, un infirmier avait réussi à me prendre par surprise et m'avait piqué. Me revoilà une nouvelle fois attaché sur ce lit froid, je me débattais, je criais, je voulais la voir, il fallait que je lui parle, il fallait que la touche mais elle n'était pas là, les médecins jugèrent qu'il ne fallait pas que je sorte de l'isolement, je devais rester là, merde je voulais être avec elle, je me sentais impuissant, pourquoi elle et pas moi...Je vins à rester quelques temps-là, tous les jours je demandais des nouvelles, jusqu'au moment où ils vinrent à me dire qu'elle était libre, qu'un homme l'avait sauvé, du moins c'est ce qui était dit, ils vinrent à me montrer un morceau de journal, j'étais soulagé enfin presque je voulais la voir, mais au moins j'étais plus calme, ça m'avait permis de me calmer. Quelques jours après, j'étais sortie d'isolement, et ce garçon était là pour moi, il me parlait, me réconfortait jusqu'au moment où il vint à m'embrasser et ma réaction était de fuir, depuis ce jour-là, je ne lui ai plus adressé la parole, ni même l'approcher, je ne comprenais pas ce qui arrivait, c'était étrange, les mois passèrent et j'étais de nouveau dans mon coin jusqu'à cette jeune femme, c'était une nouvelle infirmière, elle était venue me parler, elle était gentille et puis elle me plaisait bien, elle était toujours là pour moi et elle vint à m'embrasser, c'était en cachette mais sa supérieur nous a vu et elle a décidé de la mettre dehors, je voyais tout partir une nouvelle fois mais cela avait duré quelque temps.

Eh voilà moi qui croyais aller mieux que j'allais sortir, il a fallu que ma sœur se fasse enlever une nouvelle fois mais cette fois-ci je savais que c'était différent, je le sentais.. « Chut...Il faut qu'il sache » c'était lui, je lui en voulais, j'avais envie de crier mais je ne le faisais pas devant les autres, je gardais tout en moi, je voulais sortir au plus vite, je serrais les points, je savais qu'on me surveillait, près à m'enfermer de nouveau, prêt à me donner ses médicaments que je déteste tant, non je ne suis pas fou, je suis normal, je veux qu'elle me revienne, je veux être avec ma sœur, quelques temps après sa libération, je vins à apprendre qu'elle avait eu quelque chose de graver dans le dos, je le sais mais elle ne me dit rien, je regarde souvent mon dos et son inscription bien que cela fait des années que cela s'est produit on peut encore distingué tout ça. « Arrête tu vas me faire dire des bêtises....Ce que je fais...Je raconte mon histoire un peu...Si je parle de toi...Chut c'est un secret... je vins à rester là-bas à essayer de faire bonne figure jusqu'à il y a deux ans. Il y a deux ans, j’ai pu enfin sortir, j’allais bien et cette couleur rouge....j'adore...Je vivais avec ma soeur à Dungannon en Irlande, elle avait l'air forte, elle avait bien changé mais je l'aimait, je sais c'est maladif mais m'en fou, elle était la femme parfaite...1,,,2,,,3 je suis là 4,,,5,,,6 juste derrière toi assis 7,,,8,,,9 avec un couteau neuf 10,,,11,,,12 tout sera de nouveau rouge. Mais voilà, il a fallu une dispute à cause de ce qu’elle voulait faire de sa vie entrer au FBI pour qu’elle décide de partir faire ce qu’elle voulait simplement pour retrouver l’homme responsable de tout ce qui avait pu nous arriver mais c’était bien trop risqué. Gen était trop têtue pour ne pas faire ce qu’elle avait envie, alors je l’avais laissé partir sans pour autant me réconcilier avec, je suis aussi têtu qu’elle. Concernant mon jumeau, nos relations sont assez compliqués, j'ai l'impression qu'il surveille tout ce que je fais mais s'il savait ce que je suis réellement c'est sur qu'il ferait en sorte de me mettre en prison, je ne pense pas qu'il essayerait de m'aider au contraire.

Aujourd'hui grâce à l'héritage de nos parents, j'ai pu racheter un bâtiment que j'ai transformer comme maison close, beaucoup pense que c'est un simple bar mais ce n'est pas le cas, j'aime ce que je fais et personne ne viendra me le reprendre. Je gère un petit réseau de prostitution et je peux vous dire que cela me plaît beaucoup. On verra ce que la suite donne car je cache encore beaucoup de chose, j'ai appris à me contrôler du moins en partie....



Someone like you

(¯`•¸·´¯)(¯`·¸•´¯)


Le passé aide à construire l'avenir
pourquoi c'est si simple de dire qu'il vaut mieux oublier alors que ce n'est pas possible. On a un passé et ce passé nous aide à aller de l'avant maintenant il ne reste qu'à voir si l'on prend le bon chemin ou non. Pour le moment je ne suis pas sur la bonne voix et tant qu'il ne sera pas mort, je ne pourrais être celui qu'elle veut.© caius
Revenir en haut Aller en bas

Entre le bien et le mal il n'y qu'à pas à faire... Devinez dans quel camp je suis (Terminée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Se laisser aller peut faire du bien.
» je regarde le sol, et toi le ciel . Lux
» Arbre Divin [En cours]
» Avoir une équipe potable, et débuter avec le méta.
» Quel niveau je suis ? Mais le meilleur, bien sûr !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Someone like you :: Identités :: Bienvenue dans notre ville ! :: Validés-