AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Rebecca • Damaged people are dangerous, they know they can survive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Rebecca L. Carver
A beautiful life
Voir le profil de l'utilisateur
Célébrité : Emilia Clarke
Date d'inscription : 30/05/2014
Messages : 58
Toi : :
Crédits : Bombshell / Silver Lungs
Age : 28 ans
Emploi/Etudes : Ex-journaliste/ Détective privée
Statut Civil : Célibataire
MessageSujet: Rebecca • Damaged people are dangerous, they know they can survive Ven 30 Mai - 14:26

Never say goodbye because goodbye means going away and going away means forgetting. +
Rebecca Léonora Carver

Nom : Carver. ♦ Prénom(s) : Rebecca, Léonora. ♦ Age : vingt-huit ans. ♦ Date de naissance : 8 mai 1986. ♦ Lieu de naissance : Miami . ♦ Statut civil : Célibataire. ♦ Classe sociale : Aisée. ♦ Orientation sexuelle : hétérosexuelle. ♦ Emploi/Études : Ancienne journaliste dans rubrique criminel pour le New York Times, présentement à la recherche d'un emploi ♦ Groupe : A beautiful Lie ♦ Célébrité : Emilia Clarke. ♦ Crédits : TUMBLR. ♦ Scénario : Oui.


+ Un peu plus sur toi +

On veut tout savoir surtout en ce qui concerne tes tics, manies, etc... : ♦ Rebecca est asthmatique depuis toute petite, bien que ne l'assume pas. Encore aujourd’hui, alors qu’elle se considère autonome et responsable, elle a tendance à ne jamais traîner ses pompes sur elle, ce qui peut causer certaines peurs à ses proches. Et malgré les remontrances de ses amis et de sa famille, elle « oublie » continuellement sa médication dans un tiroir de sa commode♦ La jeune femme a une phobie bien infantile, en effet, elle a une peur bleue des orages depuis toute petite, et les caprices de dame Nature l’a font paniquer♦ Elle est une très bonne cuisinière et elle adore cuisiner pour ses proches♦ Elle déteste la chaleur et tout ce qui s'y rapporte, au contraire, elle adore la pluie♦ Becca se détend en lisant des romans policiers la plus part du temps, ou en se renseignant sur les plus grands criminels de l’histoire , ce qui peut paraître bien malsain, venant d’une femme qui passe son temps dans ce genre d’histoire pour vivre♦ Elle sait jouer du piano, bien qu'elle n'y a pas touché depuis des années♦ Elle est mortellement allergique aux fruits de mer, mais en raffole♦ Elle est incapable de jurer ou d'insulter quelqu'un sans cligner des yeux♦ Elle parle couramment le français, l'anglais, l'allemand et le russe♦ Elle adore les animaux de tout genre, particulièrement les chiens♦ Elle a porté toujours la bague de sa mère sur elle, comme pour se rappeler la perte de la femme qui la mise au monde♦ Rebecca déteste conduire, elle ne le fait que lorsque c'est réellement nécessaire, c'est à dire, très rarement. 
 

   ♦ Caractère : (minimum 10 points) ♦ Épineuse ♦ Curieuse ♦ Loyale ♦ Protectrice ♦ Spontanée ♦ Intuitive ♦ Impulsive ♦ Surprenante ♦ Maladroite ♦ Futée   Sait se montrer garce avec les gens qu'elle n'aime pas  


+ Toi derrière l'écran +

Prénom/Pseudo : Chocobo M ♦ Age : 23 ans ♦ Pays : Canada ♦ Fréquence de connexion : 3/7 ♦ que pensez-vous du forum ? : Très joli, très esthétique, superbe accueil!  ♦  Comment as-tu connu SLY ? : En voguant de forum en forum. ♦Autre à dire : Hello!



   

Someone like you

  


Dernière édition par Rebecca L. Carver le Dim 22 Juin - 4:36, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rebecca L. Carver
A beautiful life
Voir le profil de l'utilisateur
Célébrité : Emilia Clarke
Date d'inscription : 30/05/2014
Messages : 58
Toi : :
Crédits : Bombshell / Silver Lungs
Age : 28 ans
Emploi/Etudes : Ex-journaliste/ Détective privée
Statut Civil : Célibataire
MessageSujet: Re: Rebecca • Damaged people are dangerous, they know they can survive Ven 30 Mai - 14:26

+ Citation +
Il était une fois



«Je suis avalée par le fleuve trop grand, par le ciel trop haut, par les fleurs trop fragiles, par les papillons trop craintifs...» R. Ducharme

Aurait-il existé dans son pauvre cœur meurtri un jour heureux? Aurait-il, un très court instant, souri dans sa misérable vie? Oui. Il existe pour chacun de nous certains moments qui nous font sourire ou rire. Ces moments de pure folie où tout semble bien aller pendant une fraction de seconde avant que tout s'effondre. Encore. Parce que la vie est ainsi. Cruellement injuste et sadiquement violente. Il avait touché le bonheur du bout des doigts, l'avait effleuré avec délicatesse comme s'il avait eu peur de le briser en mille et une miettes. Et sous ses doigts épais, le monde s'était écroulé. C'était ce à quoi il pensait chaque matin lorsque les premiers rayons du soleil pénétraient la chambre à travers les rideaux de velours cramoisi. Lorsque les brides de rêve encore heureux et doux s'évaporaient pour faire place à la dure réalité, alors que le sentiment de bien être disparaissait pour faire place à ce vide sans fond qui lui brûlait les entrailles et qui lui broyait le cœur, lui coupant ainsi le souffle. Il remua à peine dans ses draps de satin. Il resta là, dans la semi-obscurité, à écouter son propre souffle, lourd et irrégulier. Bientôt, il le savait, elle viendrait le rejoindre, demandant son petit déjeuner. Il savait qu’il ne lui dirait rien, qu’il ne la regarderait même pas. Comme chaque matin. Jamais un mot, jamais un regard. Juste l’étouffement, l’impression de suffoquer un peu plus en sa présence. Lorsque ses collègues de travail lui demandaient à qui elle ressemblait, lorsqu’on lui demandait de mettre des mots sur l’apparence de la petite fille, il ne savait que dire. Non qu’il ne trouvait pas les mots justes, pas qu’il était trop ému pour le faire. Non. Rien de cela. C’était que jamais, depuis cette nuit fatidique où son paradis s’écroula pour faire place à un enfer sans nom, il n’avait posé les yeux sur elle. Il ignorait la couleur de ses yeux, celle de ses cheveux, ou encore la pâleur de sa peau. Il sentait à peine la douceur de sa peau douce lorsqu’elle lui prenait la main, il ne connait d’elle ni son parfum, ni le son de sa voix. Parce que ce tout ce qui provenait d’elle, il ne le voyait pas, ne l’entendait pas. Il casait tout cela dans un coin de sa tête dans l’espoir qu’elle disparaisse elle aussi. Parce que tant qu’elle était là, bel et bien vivante, tant il devrait rester vivant. Respirant, souffrant un martyre sans nom. Parce qu’il lui avait promis. Parce qu’il lui avait dit qu’il s’occuperait d’elle, qu’elle ne risquerait rien. Parce que c’était seulement la dernière volonté d’une morte qui refusait de le laisser en paix, qui continuait, encore et encore, chaque nuit, de venir le hanter.

Cela faisait maintenant près d’un mois maintenant que la situation s’éternisait. Que chaque matin, alors que les rêves doux des années passées s’éclipsaient, il redoutait le moment où la porte grincerait, où il entendrait ses pas mal assurés dans la pièce. C’était l’enfant qui l’avait trouvé. Affalé dans une flaque de sang qui avait taché ses petites mains blanches, ses petites joues roses. C’était l’enfant qui avait trouvé sa mère sadiquement assassinée dans le salon de leur maison. Et il savait, dans son ignorance volontaire, que l’enfant aussi souffrait. Cette douleur partagée ne la rendait pourtant pas moins douloureuse.  Elle était toujours aussi vive, elle ravageait toujours autant les cicatrices qui marquaient son cœur et son âme. Et pourtant, tout au fond de lui, dans le creux de son ventre, dans le fond de son cœur, sous ses blessures terribles dues par la perte douloureuse, il l’aimait, cette enfant. Il l’aimait d’un amour inconditionnel, d’un amour éternel que rien ne pourrait étouffer. Il aimait cette petite chose qui s’approchait de lui d’un pas hésitant dans le clair-obscur, il aimait cette petite chose gracile dont il sentait le regard plané sur lui comme dans l’attente qu’il s’éveillé de son état d’automate, malheureusement ce moment ne venait pas. Il savait pourtant que s’il ne faisait rien, tout allait aller de mal en pis. Que sa petite fille ne s’en sortirait pas indemne. Il sentait déjà les séquelles de ce mutisme entre eux, de ce silence lourd de sens, de cette absence de chaleur dans le foyer. Quand il était sûr de ne pouvoir reconnaître d’elle que sa silhouette enfantine, il l’observait. Elle ne jouait pas, ne disait pas un mot. Elle était simplement assise dans un coin de la maison plongé continuellement dans le noir, ne bougeant pas, attendant sagement que la lumière revînt. Elle ne parlait plus depuis la mort, non, le meurtre, de sa mère. Un bien long mois plongé dans le noir le plus total sans personne pour faire entrer la lumière. Une lumière qui semblait morte avec sa femme, avec la mère de l’enfant. Il soupira, las. Comment faire? Comment lui expliquer? Comment briser le silence instauré? Il ne le savait pas. Comment aurait-il pu le savoir? Vivre pour elle. Exister pour elle. C’était trop dur. C’était trop lui demander. Et pourtant, dans un effort de volonté surhumain, il s’était approché d’elle. Il avait fait quelques pas avant de s’accroupir. Elle n’avait pas bronché, elle n’avait même pas bougé. Il inspira. Profondément. Ce fut comme lorsque l’on inspire après avoir tenu trop longtemps son souffle, la tête sous l’eau. L’air brûla. Il l’a sentie, descendre dans sa gorge, enflammée ses sinus pour exploser ses poumons. Sa main trembla, doucement, alors qu’il la tendit vers elle, paume vers le haut. Il resta immobile un moment. Attendit. Comme on attend le Messie. Immobile comme l’était la vie depuis un mois. Il entrouvrit les lèvres, hésita, changea d’idée maintes fois avant de se lancer à l’eau.

« Rebecca? »

Voilà. C’était fait. Le silence lourd et étouffant des trente et un  jours précédant était brisé. On pouvait en sentir les fragments coupant dans l’air, comme si ce n’était pas seulement un silence de plomb, mais de la glace ou du verre, coupant et tranchant, qui allait les fracasser tout les deux. Qui allait les couper, jusqu'à ce qu’on ne puisse en sortir indemne..

***

— « Ma vie est un drame. Long et interminable. Sans porte de secours ou de fenêtre ouverte. Je m’y sens seule, comme dans un monde trop grand pour moi, toute petite. Si petite. Le monde tourne et ne semble pas vouloir s’arrêter. Inconscient qu’il m’entraîne à ma perte sans pouvoir prendre pied. Ma vie est un gâchis aux couleurs texturées et opalescentes dont les traces de peintures faites de mes doigts graciles sont lavées de larmes. D’aussi loin que je me souvienne, je voulais fuir. Parce que je n’étais pas assez forte pour faire face au monde. Parce que j’étais trop faible pour dire adieu. Fuir, c’était la solution parfaite. »



La mélodie de la pluie est un réconfort étrange, comme les vieilles chansons d’amour que l’on passe encore et encore à la radio, inlassablement, comme si ces  vieilles chansons nous rappelaient les moments magiques avec l’être aimer, tout en éveillant les souvenirs douloureux de jours meilleurs. La pluie tambourinait contre la carrosserie de la voiture, comme pour nous rappeler sa présence, elle, déesse de la nostalgie. Et comme une suite de larmes qui s’échappe du barrage des paupières closes, elle s’écrase sur le sol déjà détrempé de ce paysage sans artifice, peinture texturée de vert et de gris. L’habitacle de la voiture était comme un bouclier contre le monde extérieur où l’eau qui tombait du ciel n’était qu’une mélodie cassante sur la peinture lustrée. Ce paysage monotone défilait depuis des heures maintenant. Elle avait besoin d’une échappatoire, d’un endroit pour penser, pour respirer, à nouveau. C’était fini. Pour de bon maintenant. À jamais. Elle n’avait plus besoin de chercher, elle n’avait plus  besoin d’avoir peur. Peur qu’il revient pour elle. Peur que sa mère n’ait jamais la justice qu’elle mérite. C’était fini. Juste fini. « Je l’ai trouvé, Bex. Le meurtrier de ta mère. Je l’ai trouvé.  »  Il était derrière les barreaux, à payer pour la vie qu’il avait enlevée. Il payait de sa liberté. Et pourtant, alors qu’elle pouvait se remettre à vivre normalement, à respirer sans suffoquer, elle avait simplement paniqué. L’air se faisait plus rare dans ses poumons, les larmes lui montant aux yeux alors que l’oxygène se faisait plus rare dans son sang. La douleur brûlant ses poumons, lancinante, assassine. Elle avait vu l’incompréhension dans les yeux de son amie, derrière la peur qu’entraînaient souvent ses crises incontrôlables. Pourquoi paniquait-elle alors que tout venait de s’arranger? Alors que l’homme qui l’avait privé d’une vie de famille normale payait dans une cellule?

« Je l’ai trouvé, Bex. »  Les paroles de Genesis allaient et venaient dans son esprit brumeux. Oui, elle l’avait trouvé. Mais elle, elle venait de perdre la raison pour laquelle elle se battait depuis des années, la raison pourquoi elle avait fait ces études, pourquoi elle était là aujourd’hui. Que ferait-elle maintenant? Avancé. La réponse semble si évidente, mais si inaccessible à la fois. Devait-elle se réjouir? Sourire et mordre dans la vie à pleines dents comme si rien ne s’était passé? Comme si ce chapitre de sa vie était clos? Faire comme ces gens qu’elle croise dans la rue tous les jours, ceux qui font comme si la vie était belle et sans soucis. Cette vie-là, elle la rejette de toutes ses forces, se débattant contre les mains d’aciers de cet univers qui la garderait forcément coincée dans sa ronde infernale vers le néant. Elle a soudainement envie de rire, envie de pleurer, envie de hurler, mais si elle hurle, elle sait que personne ne l’entendra, trop assourdi par leurs propres hurlements. Une main chaude se posa sur son épaule, lourde et rassurante à la fois, l’obligeant à lever les yeux vers le jeune homme qui s’était doucement rapproché d’elle. Elle n’avait même pas fait attention à lui. Elle n’avait même pas remarqué sa présence. Les traits de ses amis étaient flous, elle se sentait perdre pied, ses doigts agrippant plus durement le plan de travail devant elle. « Respire, Becca. Tout ira bien. Tout va bien, maintenant.»

Et dès que l’air s’infiltra de nouveau dans ses poumons, elle claqua la porte, attrapant les clés de sa voiture. Elle avait besoin d’air… elle avait besoin de solitude…. Elle accueillit la pluie avec un plaisir mesquin, écoutant la musique qu’elle faisait contre l’habitacle…

***
«Je me baladais dans la vie comme un petit prince ayant des allures de grands rois. J’avais tout pour moi. On m’avait bourré la tête avec toutes ces histoires de fins heureuses, d’un monde meilleur, plus doux, plus beau, on m’avait dit que je serais un jour quelqu’un d’important, moi l’enfant qui n’était rien. »

Le destin à ces drôles de chemins qui nous entraîne partout, sauf là où on voulait aller. Ce monde-là, elle ne l’aimait pas. Sa vie, elle ne l’appréciait plus. Plus depuis hier. Plus depuis que son patron lui avait demandé de mentir. Parce que l’histoire n’était pas suffisamment palpitante pour captiver les gens. Les gens ne voulaient pas de ce genre d’actes monstrueux planifié, de femme payant un tueur pour se débarrasser de leur mari. Tout cela pour l’argent de l’assurance. Ces mensonges, elle n’en voulait pas. Ce monde qu’on lui promettait en écrivant ce mensonge lui faisait peur. Elle savait que si elle mettait les pieds dedans, elle allait s’y noyer. Elle ne pourrait plus s’échapper. Parce que le mensonge était des étaux d’aciers qui n’attendaient que le moment venu pour se refermer sur elle. C’était ça, New York, lui avait dit son père. New York. La Grosse Pomme, la jungle de béton et d’acier, de lumières aveuglantes et clignotantes, de voitures jaunes et noires dans un tourbillon infernal. Cette étendue d’immeubles immenses et imposants. Ce micro-univers qu’elle quittait pour de bon. Non parce que l’on lui demandait de mentir, mais parce qu’ici, elle savait qu’elle était seule. Que si elle criait, personne ne l’entendrait. Si elle pleurait, personne ne viendrait la consoler, si elle tombait, personne n’était là pour la rattraper. Elle était seule au monde et le monde l’avait abandonné. C’était ça, New York. Cette ville qui avait été la sienne depuis des années. Depuis si longtemps qu’elle avait fini par en connaître chaque recoin, à vivre à ce rythme effréné. Cette ville, elle avait été son refuge pendant si longtemps, et maintenant, elle allait lui tourner le dos. Demain, lorsque l’avion se posera, elle sera de nouveau à la maison. Parce que la maison, c’est là où sont nos êtres chers. Demain, elle ouvrira les yeux pour la première fois sur l’Irlande.

Demain, elle recommencera à zéro. Avec de nouvelles peurs, de nouveaux buts, de nouvelles larmes…. Mais tout cela, c’était demain.




Someone like you




Dernière édition par Rebecca L. Carver le Sam 31 Mai - 5:12, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Genesis H. Slyfiter
A beautiful life
Voir le profil de l'utilisateur
Célébrité : Amber Heard ♥
Date d'inscription : 29/01/2014
Messages : 321
Toi : : gif
Crédits : (c) .liloo_59 & (c) Mirror Wax
Age : 29 ans.
Emploi/Etudes : ex agent du FBI et actuellement Agent du MI6
Statut Civil : Célibataire
MessageSujet: Re: Rebecca • Damaged people are dangerous, they know they can survive Ven 30 Mai - 14:28

Ma becca ♥ Mon amour, ma meilleure amie je serais là toujours pour toi hoho !!! Bienvenue officiellement tu vas faire des tas d'heureux moi la première, bonne chance pour ta fiche et puis tu connais ma boite mp hein hein !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
A beautiful life
MessageSujet: Re: Rebecca • Damaged people are dangerous, they know they can survive Ven 30 Mai - 14:30

Beccaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !      

Bon, tu l'auras compris... Je t'aime déjà !

//PAN//

Tout d'abord, je te souhaite la bienvenue sur le forum.   J'espère que tu te plairas avec nous ! J'ai vraiment hâte de RP avec toi.   Ca promet du lourd !    
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Liam J. Slyfiter
A beautiful life
Voir le profil de l'utilisateur
Célébrité : Ian Somerhalder
Date d'inscription : 03/01/2014
Messages : 841
Toi : :
Crédits : D.S.R & Tumblr
Age : 32 ans
Emploi/Etudes : Propriétaire du Black Mambo & Proxénète
Statut Civil : Célibataire
MessageSujet: Re: Rebecca • Damaged people are dangerous, they know they can survive Ven 30 Mai - 16:03

Bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche ♥️

Si tu as des questions n'hésite pas à venir nous voir


Je sens que je vais bien rire avec notre lien (que Gen n'a pas encore rajouté )

(¯`•¸·´¯)(¯`·¸•´¯)


Le passé aide à construire l'avenir
pourquoi c'est si simple de dire qu'il vaut mieux oublier alors que ce n'est pas possible. On a un passé et ce passé nous aide à aller de l'avant maintenant il ne reste qu'à voir si l'on prend le bon chemin ou non. Pour le moment je ne suis pas sur la bonne voix et tant qu'il ne sera pas mort, je ne pourrais être celui qu'elle veut.© caius
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Genesis H. Slyfiter
A beautiful life
Voir le profil de l'utilisateur
Célébrité : Amber Heard ♥
Date d'inscription : 29/01/2014
Messages : 321
Toi : : gif
Crédits : (c) .liloo_59 & (c) Mirror Wax
Age : 29 ans.
Emploi/Etudes : ex agent du FBI et actuellement Agent du MI6
Statut Civil : Célibataire
MessageSujet: Re: Rebecca • Damaged people are dangerous, they know they can survive Ven 30 Mai - 16:27

mais euuuh j'ai pas eu le temps, mais je lui ai déjà tout expliqué en mp   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gareth K. Regan
A beautiful life
Voir le profil de l'utilisateur
Célébrité : Jesse Lee Soffer
Date d'inscription : 24/05/2014
Messages : 123
Toi : :
Crédits : Tumblr / Megalyn
Age : 31 YO
Emploi/Etudes : Agent de la CIA
Statut Civil : Célibataire
MessageSujet: Re: Rebecca • Damaged people are dangerous, they know they can survive Ven 30 Mai - 20:54

OMG, Emilia      Mille fois bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rebecca L. Carver
A beautiful life
Voir le profil de l'utilisateur
Célébrité : Emilia Clarke
Date d'inscription : 30/05/2014
Messages : 58
Toi : :
Crédits : Bombshell / Silver Lungs
Age : 28 ans
Emploi/Etudes : Ex-journaliste/ Détective privée
Statut Civil : Célibataire
MessageSujet: Re: Rebecca • Damaged people are dangerous, they know they can survive Sam 31 Mai - 5:15

Merci mes chéris   

Adriel, toi, maintenant, j'te laisse plus épouser n'importe qui! Non mais! Ça va pas me faire des coups pareils?!   

Gen; On va se faire des soirées à chanter du Lori et à manger de glace, c'est ça? *-*

Liam, m'ouais, j'vais te mener la vie dure..... ou pas...

Allez, en espérant que ma petite fichette vous plaira ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Genesis H. Slyfiter
A beautiful life
Voir le profil de l'utilisateur
Célébrité : Amber Heard ♥
Date d'inscription : 29/01/2014
Messages : 321
Toi : : gif
Crédits : (c) .liloo_59 & (c) Mirror Wax
Age : 29 ans.
Emploi/Etudes : ex agent du FBI et actuellement Agent du MI6
Statut Civil : Célibataire
MessageSujet: Re: Rebecca • Damaged people are dangerous, they know they can survive Sam 31 Mai - 8:23

Ta fiche est superbe, touchante, parfaite je valide comme ça on va pouvoir manger de la glace chanter du Lorie et parler de garçon   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rebecca L. Carver
A beautiful life
Voir le profil de l'utilisateur
Célébrité : Emilia Clarke
Date d'inscription : 30/05/2014
Messages : 58
Toi : :
Crédits : Bombshell / Silver Lungs
Age : 28 ans
Emploi/Etudes : Ex-journaliste/ Détective privée
Statut Civil : Célibataire
MessageSujet: Re: Rebecca • Damaged people are dangerous, they know they can survive Sam 31 Mai - 9:25

Tu as conscience que ça veut dire parler de ton frère ça hein?


Contente que ça t'es plu! 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Genesis H. Slyfiter
A beautiful life
Voir le profil de l'utilisateur
Célébrité : Amber Heard ♥
Date d'inscription : 29/01/2014
Messages : 321
Toi : : gif
Crédits : (c) .liloo_59 & (c) Mirror Wax
Age : 29 ans.
Emploi/Etudes : ex agent du FBI et actuellement Agent du MI6
Statut Civil : Célibataire
MessageSujet: Re: Rebecca • Damaged people are dangerous, they know they can survive Sam 31 Mai - 9:28

Lequel ? Parce que y'è beaucoup de frère moi, mais je pense que tu parles d'Adriel et moi je veux vous voir copuler ensemble puis tant qu'on parle pas de Rickon ça me va   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Liam J. Slyfiter
A beautiful life
Voir le profil de l'utilisateur
Célébrité : Ian Somerhalder
Date d'inscription : 03/01/2014
Messages : 841
Toi : :
Crédits : D.S.R & Tumblr
Age : 32 ans
Emploi/Etudes : Propriétaire du Black Mambo & Proxénète
Statut Civil : Célibataire
MessageSujet: Re: Rebecca • Damaged people are dangerous, they know they can survive Sam 31 Mai - 10:06

Vive les conversations entre filles ralalalalalala. Rebecca pour me mener la vie va falloir y aller, j'te le dis


Bravo à toi !



Coucou toi ! Voilà que tu as fait l'étape ultime pour pouvoir jouer avec nous. Pour nous ta fiche est juste parfaite. C'est donc avec plaisir que nous te validons. Tu peux aller vérifier si on a bien mis ton avatar dans le bottin. Mais tu peux aussi aller faire tes petites fiches de lien et de RP. Un seul sujet par personnage que tu peux organiser comme tu le souhaites, c’est ton espace. Ensuite, à moins que ton personnage soit SDF, il lui faudra un logement mais aussi une
activité professionnel ou scolaire qu’il faut absolument recenser. En parlant de recensement, j’ai oublié de dire qu’il fallait aussi recenser ton avatar dans le bottin pour éviter les doublons si nous ne l'avons pas fait.

Tu as aussi la possibilité d'avoir des défis de la part du destin ou même des membres alors n'hésite pas à créer ta fiche défis et amuse toi bien.

Pour finir, le XXIè siècle nous permet de communiquer plus facilement alors plutôt que d’envoyer ce pauvre pigeon voyageur qui se perd tout le temps, autant utiliser le téléphone ça sera bien plus simple et surtout plus sur.

Vous avez aussi la possibilité de demander à avoir un parrain ou une marraine afin de ne plus vous sentir perdu parmi nous.

Si vous avez besoin d'aide pour X raisons ou alors si vous avez des soucis n'hésitez pas à venir voir le staff qui règlera le soucis dans la mesure du possible.

Bon jeu parmi nous et amuse toi bien !


(¯`•¸·´¯)(¯`·¸•´¯)


Le passé aide à construire l'avenir
pourquoi c'est si simple de dire qu'il vaut mieux oublier alors que ce n'est pas possible. On a un passé et ce passé nous aide à aller de l'avant maintenant il ne reste qu'à voir si l'on prend le bon chemin ou non. Pour le moment je ne suis pas sur la bonne voix et tant qu'il ne sera pas mort, je ne pourrais être celui qu'elle veut.© caius
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rebecca L. Carver
A beautiful life
Voir le profil de l'utilisateur
Célébrité : Emilia Clarke
Date d'inscription : 30/05/2014
Messages : 58
Toi : :
Crédits : Bombshell / Silver Lungs
Age : 28 ans
Emploi/Etudes : Ex-journaliste/ Détective privée
Statut Civil : Célibataire
MessageSujet: Re: Rebecca • Damaged people are dangerous, they know they can survive Sam 31 Mai - 10:14

Adriel? Pourquoi on parlerait d'Adriel? Parlons de Rickon plutôt!



Merci Liam!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maëlys H. Vikachev
A beautiful life
Voir le profil de l'utilisateur
Célébrité : Blake Lively
Date d'inscription : 13/02/2014
Messages : 261
Toi : :
Crédits : Raven
Age : 19
Emploi/Etudes : Etudiante en droit
Statut Civil :
Age : 26
MessageSujet: Re: Rebecca • Damaged people are dangerous, they know they can survive Dim 1 Juin - 15:22

Bienvenuuuuue   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Caem O'Grady
A beautiful life
Voir le profil de l'utilisateur
Célébrité : Adam Levine
Date d'inscription : 24/01/2014
Messages : 328
Toi : :
Crédits : Avatar : Shiya || Gif : Tumblr
Age : 29 y.o
Emploi/Etudes : Tatoueur
Statut Civil : Célibataire
MessageSujet: Re: Rebecca • Damaged people are dangerous, they know they can survive Mar 3 Juin - 5:38

Bienvenue et bon jeu parmi nous charmante demoiselle.

(¯`•¸·´¯)(¯`·¸•´¯)


misery.

« Derrière mon sourire se cache bien des choses. Ne dit-on pas que la vengeance est un plat qui se mange froid ? On récolte souvent ce que l'on sème et pour le moment je me pose des tas de questions. Aimer... Pffff tu parles à quoi bon !!!  - RAIN BIRD »

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
A beautiful life
MessageSujet: Re: Rebecca • Damaged people are dangerous, they know they can survive

Revenir en haut Aller en bas

Rebecca • Damaged people are dangerous, they know they can survive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Max • Damaged people are dangerous, they know they can survive
» damaged people are dangerous. they know they can survive. (MAX)
» The Haitian People Need a Lobbyist
» Rèl kay Makorèl: sanble nou gen boat people ki peri nan Boyton
» Boat-people: L'etat ne peut rester les bras croises

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Someone like you :: Identités :: Bienvenue dans notre ville ! :: Validés-