AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Amber - "Ce sont les passions dont nous méconnaissons l'origine qui nous tyrannisent le plus"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
A beautiful life
MessageSujet: Amber - "Ce sont les passions dont nous méconnaissons l'origine qui nous tyrannisent le plus" Jeu 13 Fév - 20:40






"Ce sont les passions dont nous méconnaissons l'origine qui nous tyrannisent le plus"

Il y a des personnes qui entrent et sortent de notre vie, par dizaines, par centaines. Comparables aux étoiles, Certaines passent, filantes et laissent derrière elles une trainée de lumière. D'autres nous éclairent depuis toujours, mais n'apparaissent à nos yeux qu'à un moment précis."




Les jours comme ceux là, Haden s’en serait particulièrement passé. Déjà là journée avait assez mal commencé, levée 3h plus tôt pour cause d’accident de la route : une voiture aurait coupé la priorité à un bus... S’il ne s’était pas enfilé quelque verres la veille, peut être que cela serait passé mieux mais ça n’avait pas été le cas alors. Ensuite un de ses coéquipiers avait refusé négativement à l’appel. Avec Jaden en moins ils n’étaient donc plus que trois à intervenir, nul doute que cela mettrait un peu plus de temps que prévu. Et pour finir cerise sur le gâteau : la route plus verglacée que verglacée, impossible d’avancer à plus de 30km/h, génial avec ça on les appelleraient certainement les pros du circuit... Bref.

Une fois sur place, Haden en tant que lieutenant dicta quelques ordres à ses coéquipiers avant d’établir un rapport définitif : 1 mort, 4 blessés graves, 6 superficiels, et le chauffeur de la voiture en état d’ébriété qui en tirerait surement pour son grade... Haden entreprit alors d’évacuer les personnes du bus, pas facile quand une carcasse de plus de 19 tonnes vous écrasent comme un vulgaire insecte... Pour éviter toutes fractures supplémentaires, il a donc fallu faire appelle à des professionnels afin de couper le métal. Encore du temps davantage perdu pour secourir les victimes... Certaines y laisseraient peut être davantage qu’un bras. Encore une des choses qui le mettait en rogne, ne pas pouvoir aider son prochain alors que ce dernier est en train d’agoniser sous le poids de la douleur. Si seulement il avait su pour Jaden qui avait vécu la même situation... N’en pouvant plus, Haden commença à grimper sur le bus renversé en prenant soin d’emporter un petit marteau afin de brisé une vitre pour pénétrer à l’intérieur. Y mettant toute ses forces, il parvint à casser la glace et à se glisser difficilement dans le bus. Se frayant un chemin entre les sièges qui plutôt que de former un passage s’étaient transformer en obstacles purs et durs il aperçu deux personnes bloquées au fond, leur ceinture de sécurité bloquée, les empêchant de bouger.

« Surtout gardez votre calme j’arrive... »

« Mon vieux, va vraiment falloir que tu arrêtes de picoler, ta vu dans quel état t’es ? On dirait un vieux de 50 balais là ! Merde bouge toi le cul bordel ! » Ni une, ni deux, Haden puisa au fond de ses forces pour aider la mère et son fils qui le regardait avec tant d’espoir. Puis se fut au tour des deux amies, du garçon solitaire, et de la vieille dame. Une fois terminé, il ne pu que se résigner à sortir, ne pouvant secourir les personnes souffrantes de peur de ne causer plus de mal que de bien.

Les heures passèrent, tout était presque finit. Soulagé de pouvoir rentrer chez lui, un des flics le héla. « Génial, il me veut quoi encore ce poulet ?! ». S’avançant vers lui, il sentait la grosse connerie encore venir. « Haden, il faudrait que tu apportes ses papiers chez Groupe Titan s’il te plait. C’est un rapport sur l’affaire, le chauffeur ivre aura certainement besoin d’un très bon avocat si tu vois ce que je veux dire. »

« Et c’est à moi de faire le sale boulot bien entendu ...»

Contre son gré il prit néanmoins les papiers avant de se rendre au cabinet des plus prestigieux avocats de la ville. Inutile de vous dire que ça puait le fric à plein né là dedans. Quatre à quatre il franchit les quelques marches qui le séparait de l’entrée avant de franchir le porche. Haden indiqua alors à l’accueil qu’il devait voir un certain Mr Richard pour lui remettre certains papiers. Après quelques minutes d’attentes, une jeune femme vint à l’accompagner jusqu’au bureau de l’avocat en question... Et cette jeune femme ne pouvait être qu’autre Amber Sullivan, celle qui ne pouvait évidemment pas voir Haden en peinture, celle qui rejetait la mort de son frère sur lui, mais celle aussi qui était la meilleure amie de sa soeur Devon... Bordel, quand je vous dis que la journée avait mal commencée ?


© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas
Invité
A beautiful life
MessageSujet: Re: Amber - "Ce sont les passions dont nous méconnaissons l'origine qui nous tyrannisent le plus" Sam 22 Fév - 10:19


Ce sont les passions dont nous méconnaissons l'origine qui nous tyrannisent le plus.


I'm not crazy hell no I'm not loony, I'm not insane, take a second, I heard it, I know it. Whispers say my name, calling for me. ⊹ A peine eut-elle le temps de s'asseoir correctement sur sa chaise et de terminer d'annoter le dossier Crownfeld qu'Amber fut dérangée par la venue de la secrétaire personnelle de son patron. Une jeune femme agréable mais qui n'avait certainement pas inventé l'eau chaude.
« Madame Sullivan ! Un livreur vient d’apporter le rapport de l’accident de l’affaire School’s crash pour Mr Richard ! » lança une petite tête qui venait d’entrer dans le bureau d’Amber. Écoutant d’une oreille tout en terminant de lire la dernière ligne de son texte, la brunette releva précipitamment la tête en fronçant les sourcils. « l’affaire School’s crash ? » demanda-t-elle, interloquée. Ce à quoi la secrétaire lui répondit « Oui, vous savez : l’affaire du bus scolaire qui s’est renversé ce matin. C’est Martin qui a trouvé le nom de l’affaire. Amusant, non ?! » Grimaçant pour montrer autant son incompréhension que son aberration, Amber leva les yeux au ciel tout en agitant la tête. « C’est… complètement inapproprié et enfantin ! » tempêta-t-elle tout en mettant un stylo dans son précèdent rapport afin de ne pas perdre sa ligne et se levant en continuant  d’être stupéfaite face à l’immaturité de son collègue. Martin n’était pas des plus incompétents mais il avait cette fâcheuse tendance à tout tourner en dérision et minimiser l’importance des affaires au point de les transformer en une partie de paris complètement stupide.
Remarquant que la secrétaire était toujours là, Amber la congédia en lui indiquant que son boss était en réunion et qu’elle recevrait le livreur dans quelques instants. Le temps de vérifier quel rapport était attendu et pourquoi son patron souhaitait défendre les intérêts d’un ivrogne responsable de la mort de mineurs. Elle ne s’était vraiment pas engagée pour ça !

« Haden Slyfiter, quelle bonne surprise de te voir ici ! Quel méfait cherches-tu à te faire pardonner aujourd’hui ? » le salua-t-elle avec autant d’ironie et d’antipathie masquée qu’elle était capable de déverser avec ce large sourire. Elle était consciente que cela ne se faisait pas et que la réceptionniste était estomaquée dans son coin. Pourtant, c’était plus fort qu’elle. Lorsqu’elle apercevait ses yeux, elle avait besoin d’attaquer… enfin de devoir s’apitoyer sur elle car elle ne pourrait plus le revoir lui. Pourquoi avait-il fallu que ses deux-là ne soient si proches ? A force de traîner ensemble, elle s’était mise à apercevoir Jaden dans la stature d’Haden. Même leurs prénoms semblaient concorder. Damned. Alors, pour ne pas paraître faible une fois de plus, Amber attaquait. Délivrant son venin avec facilité, bien plus que ses larmes.

Heureusement, la réceptionniste crut bon d'intervenir rapidement, soit pour préserver l'éthique et la réputation d'Amber - les autres allaient commencer à se poser des questions si elle démontait réellement Haden sans prendre des pincettes - soit pour défendre Haden de la méchanceté de sa collègue. Allez savoir ! " Il s'agit du livreur, Madame !" Cela aurait du calmer Amber et la remettre un tant soit peu à sa place. Pourtant, non. Allez savoir pourquoi mais c'était comme si la jeune irlandaise avait un trop plein en elle qu'elle devait libérer en déversant toute son ironie sur ce pauvre Haden. Mais toujours en lady, assurément ! Petit sourire faussement aimable en coin mais langue tranchante. Merci maman pour ton enseignement. " Le livreur ?" réitéra-t-elle, surprise. " Aurais-tu changer de corps de métier ?! Oh non, ne dit rien. Tu as raison. Celui-ci te conviendra surement mieux ! Tu sais, comme on dit : moins de stress ! " déclara-t-elle, sourire à l'appui mais yeux foudroyants plongés dans les siens. Après tout, il lui avait montré qu'en tant que lieutenant pompier, il avait plutôt quelques révisions à effectuer. Le métier de livreur lui siérait mieux au teint. Moins de responsabilités. Moins de vie... entre deux eaux. Inconsciemment, Amber se rendit vaguement compte qu'elle allait trop loin et que ses propres paroles la meurtrissaient elle-même. Tout ceci lui rappeler trop celui qu'elle avait aimé et perdu. Celui qui était parti en ne laissant plus qu'une coquille vide à la place. Jaden lui manquait. Elle n'était plus la même depuis. Moins souriante, moins vive. Plus piquante et mesquine. Comme si faire mal aux autres l'empêchait de se l'appliquer à elle-même. " Très bien, il me semble que tu as un timing à respecter alors où dois-je signer ?" Ce n'était pas que cette petite conversation l'ennuyait mais son boss la tuerait s'il devait payer la livraison une fortune, tout cela parce qu'elle s'était amusée à démonter le pauvre livreur...  


Revenir en haut Aller en bas
Invité
A beautiful life
MessageSujet: Re: Amber - "Ce sont les passions dont nous méconnaissons l'origine qui nous tyrannisent le plus" Mar 25 Fév - 15:06






"Ce sont les passions dont nous méconnaissons l'origine qui nous tyrannisent le plus"

Il y a des personnes qui entrent et sortent de notre vie, par dizaines, par centaines. Comparables aux étoiles, Certaines passent, filantes et laissent derrière elles une trainée de lumière. D'autres nous éclairent depuis toujours, mais n'apparaissent à nos yeux qu'à un moment précis."




« Haden Slyfiter, quelle bonne surprise de te voir ici ! Quel méfait cherches-tu à te faire pardonner aujourd’hui ? ». Machinalement la remarque d’Amber le fit sourire. Depuis la mort de Jaden, cette fille avait le don de l’irriter au plus haut point. Oh elle n’avait pas toujours été comme ça. Il y a quelques années encore lorsqu’elle trainait en compagnie de Devon, Amber avait ce petit côté qu’on aimait forcément tous chez quelqu’un. Cette façon de voir la vie et de la croquer à pleines dents. Et puis ce jour funeste est arrivé... Et sans doute cru-t-elle alors bon de déverser la totalité de son chagrin sur Haden d’une façon des plus pénible qu’il soit. M’enfin, pouvait-il réellement lui en vouloir ? Lui qui n’avait rien tenté pour rentrer dans cet immeuble et en faire ressortir son ami vivant ? Non pas vraiment... Alors ses remarques Haden les encaissaient. Au plus profond de lui il se laissait infliger tout ça, parce qu’après tout c’était une moindre compensation pour avoir fait tuer Jaden n’est ce pas ?

Dépité il passa une de ses mains dans ses cheveux pour la laisser finir sur sa nuque. Il n’avait nullement l’envie de lui faire du mal. D’une part parce qu’elle avait assez subie comme ça cette année, et d’autre part il savait que sa soeur le lui en voudrait terriblement et ne laisserait surement pas passer une telle chose. Pourtant Haden n’était pas du genre à se laisser faire, et plus il la laisserait prendre l’ascendant sur lui, plus sa réputation sera à refaire. Amber s’en assurerait certainement.

« Et bien quel accueil des plus chaleureux Mlle Sullivan, je savais que je te faisais de l’effet mais à ce point, tout de même... »

Sourire narquois, clin d’oeil expressif, il n’en fallut pas plus pour Haden. Du moins pensait-il que cela allait suffire. Mais c’était bien entendu sans compter l’aide de cette mégère de réceptionniste qui cru bon s’inviter dans leur petit jeu explosif. " Il s'agit du livreur, Madame !". Les yeux d’Haden ne firent qu’un tour. Bien qu’il s’apprêtait à se diriger vers son bourreau, il ne fallu que quelques secondes d’inattention pour qu’Amber réplique à nouveau. " Le livreur ?  Aurais-tu changer de corps de métier ?! Oh non, ne dit rien. Tu as raison. Celui-ci te conviendra surement mieux ! Tu sais, comme on dit : moins de stress ! " Sans déconner ?  Une attaque des plus personnelles qui n’avait rien d’anodin. Haden le savait, Amber aussi. Comme un coup de poing dans le ventre, il encaissa sans pour autant crier. Serrant les dents, il se rapprocha néanmoins de la jeune femme, yeux plantés dans les siens, afin que la réceptionniste n’entende que leurs murmures raisonnés.

« Je vois que tu joues toujours dans la finesse. Tu sais quoi ? Je n’aurai pu espérer mieux. M’envoyer poster ce rapport ici, toi et moi dans ce hall, la réceptionniste espérant te voir faire une bourde d’ordre professionnel avec un simple petit livreur afin d’attiser les faveurs de Mr Richard. Non franchement c’est le pied. »

Haden ne savait plus quoi penser d’elle. Auparavant il savait l’apprécier à sa juste valeur, mais désormais elle n’était plus que l’ombre d’elle même s’apprêtant à écorcher vif tout ceux qui osait profaner la mort de son frère. Haden le premier... Pourtant inconsciemment, il avait envie de la protéger, de la serrer fort contre lui et de lui dire que désormais tout ira bien... Qu’il peut être là pour elle si jamais l’envie lui vient. Mais de son vivant, ça jamais il ne l’avouera. " Très bien, il me semble que tu as un timing à respecter alors où dois-je signer ? "

« Nul part. Le lieutenant m’a simplement demander d’amener ces foutus papiers à ton patron. »

Brutalement Haden déposa le dossier dans les mains de Sullivan. Ses doigts effleurèrent délicatement ceux d’Amber. Très vite il repoussa sa main, s’apprêtant sans plus de temps à quitter la pièce. Parce qu’il avait beau le nier, mais se retrouver dans la même pièce qu’elle le mettait toujours très mal à l’aise. Comme si chaque seconde qui s’écoulait était une seconde où elle réussissait à le démonter un peu plus, et ce rien que par le biais de son regard assassin... Néanmoins il ne pouvait la laisser ainsi. Pourquoi ? Allez savoir... Alors pour la énième fois il se retourna vers elle, plantant son regard vert dans le sien.

« Tu sais Amber, un jour où l’autre ce gout d'amertume que tu as dans la bouche, il va falloir l’enlever. »

Alors comme un idiot, Haden resta figé sur place attendant la sentence de Sullivan une nouvelle fois. Parce qu’il le savait, elle n’allait pas le louper. Non elle n’était pas du genre à le rater... Lui et son foutu égo...


© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
A beautiful life
MessageSujet: Re: Amber - "Ce sont les passions dont nous méconnaissons l'origine qui nous tyrannisent le plus"

Revenir en haut Aller en bas

Amber - "Ce sont les passions dont nous méconnaissons l'origine qui nous tyrannisent le plus"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [UC] "Nous sommes si accoutumés à nous déguiser aux autres qu'à la fin, nous nous déguisons à nous même" F. de la Rochefoucauld
» Nous voyageons à chaque pas que nous faisons. | Plume d'Ange |
» Nous ne sommes pas des amies. Nous sommes des étrangers avec des souvenirs.
» Sur cette terre, comme l'ombre nous passons. Sortis de la poussière, nous y retournerons. PV Louvly
» [PV Krocq] « nous sommes si accoutumés à nous déguiser aux autres qu'à la fin, nous nous déguisons à nous même »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Someone like you :: Hors-jeu :: Archives Rps-