AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Devon - C’est dans le mensonge que la vérité commence.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
A beautiful life
MessageSujet: Devon - C’est dans le mensonge que la vérité commence. Jeu 6 Fév - 16:50






C’est dans le mensonge que la vérité commence

Parfois ce sont les gens qui vous trouvent, et on a beau les repousser ils entrent malgré tout dans votre vie. Et un jour vous vous apercevez que vous avez réellement besoin d’eux.


Il y a des jours où tout va pour le mieux, au moment où votre pied foule le sol pour la première fois de la journée vous avez ce petit sourire qui annoncera cette belle journée, et vous êtes alors certain d'une chose rien ni personne ne pourra changer quoi que ce soit à cet état de plénitude. Et puis parfois il a des matins comme ça où la nostalgie vous frappe, elle vous frappe avec une telle puissance qu'il vous est impossible d'esquissé le moindre petit mouvement sur vos lèvres. Alors vous fermez à nouveau les yeux, vous essayez de penser à quelque chose de positif mais ce manque est toujours là. Celui qui vous bouffe à longueur de temps, celui là même qui s'est installé à l'instant précis où l'on vous apprenait la mort d'un être cher, la mort d'une partie de vous.  Certes vous vous relèverez mais vous savez pertinemment que ce ne sera jamais entièrement...

C'est désormais mon combat quotidien. Et croyez le ou non, il est toujours plus facile de dire que ça ira forcément mieux un jour où l'autre, que le temps refermera cette foutue cicatrice. Désolé mais pour ma part j'ai quelques difficultés à approuver cette théorie merdique. M'enfin puisqu'il le faut... D'un pas lourd je m’asseyais au bord du lit, luttant pour ouvrir mes yeux sur la réalité, sur MA réalité qui n'était autre que la suivante : Faire semblant d'aller bien, faire semblant de sourire, faire semblant d'exister. Malheureusement je ne suis pas seul, et certains comptaient encore sur moi. C'est donc d'un pas lourd que je parvenais à lever mes fesses du lit avant de me rendre compte que mes petites frasques de la nuit dernière sont belles et bien présentes... Mal de tête, bouche pâteuse, et un rapide coup d'oeil vers le bar me permettais de constater la force des choses. La bouteille de whisky y était une nouvelle fois de plus passée...

Le pire d'en tout ça c'est qu'avec mon boulot j'en vois à longueur de journée des gens qui se détruisent à petit feu avec cette merde. Et bien que boire m'aidait le plus souvent à oublier, le lendemain la douleur était à nouveau là. Pathétique, vraiment. Après avoir avalé un grand verre d'eau fraîche, accompagnée d'un aspirine, je m'empressais de débarrasser le bar pour venir poser la bouteille vide sur le bord de l'évier, histoire de pas l'oublier lorsque je la descendrais et la déposerais avec ma collection déjà bien prometteuse. Grimaçant face à cette constatation je me détournais de cette vue, parce qu'il fallait bien l'avouer elle me faisait honte, et me dirigeais vers la douche. En effet il fallait au moins bien ça pour me sortir de cet état léthargique...

Une fois sous l'eau ce fut comme si une nouvelle matinée commençait... Elle était fraîche, elle faisait du bien, et par un quelconque hasard elle réussissait, elle aussi, à me faire oublier un peu tout ça. Tant mieux je pourrais au moins me rendre à l'entrainement de football l'esprit vide, ce qui en ce moment, était assez rare, et puis qui sait si vraiment j'en avais la force je pourrais toujours aller faire un petit coucou à Devon et Nathen. Ca faisait bien un petit moment que je n'avais donné signe de vie, et d'ici quelques temps ils m'enverraient à coups sur les secours. Souriant à cette pensée je coupais l'eau et m'habillais assez rapidement avant d'entendre toquer à la porte. Au moins quelqu'un pensait encore à moi, tout n'était peu être pas si triste finalement.

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas
Invité
A beautiful life
MessageSujet: Re: Devon - C’est dans le mensonge que la vérité commence. Jeu 6 Fév - 17:44



Somme-nous tous fous ?
Ce matin, je n’étais pas bien. J’avais des nausées et des images plein la tête, les mêmes qui m’empêchaient de dormir. Les mêmes qui me hantaient sans cesse, que ce soit durant la nuit ou en pleine journée. Ces images m’obsédaient comme jamais encore je ne l’aurais pensé. Qu’avais-je fait ? Etait-ce mal ou bien ? Avais-je le droit ? D’un point de vue moral, absolument pas. Et si cela s’apprenait ? Est-ce que je survivrais ? Plus je tentais de résoudre le problème et moins les solutions me paraissaient cohérentes, tant et si bien que j’eusse peur de délirer à mon tour, comme mon cousin Liam. Il fallait que je me bouge, que je me change les idées. C’était primordial. Même cette fichue douche n’avait guère l’air de fonctionner. Ce n’était pas un caprice mais la dure réalité.

Dans ma famille, on enchaînait les galères. Ma tante et mon oncle partis trop tôt, mes cousins traumatisés, mon jumeau et ses problèmes de drogue, mon frère et ma soeur face au décès d’un proche, la fausse-couche de Faith... et maintenant moi. Bon sang, qu’est-ce qui m’avait trotté dans l’esprit ? Je remarquai alors que ma tête heurtait le carrelage de la douche, derrière moi. Pourtant, la douleur n’effaçait rien. En même temps, la mienne était mentale.

C’en était trop. Je me séchai rapidement et j’enfilai un vulgaire jean avec un haut sobre et foncé, je laissai mes cheveux humides et ondulés au naturel avant de filer le plus vite possible de mon loft, là où Nathen dormait probablement encore dans sa chambre. J’adorais mon frère jumeau. Je l’aimais plus que tout même. Mais je ne pouvais rien lui dire. Je détestais mentir ou cacher quelque chose à mes proches. Généralement, j’étais très ouverte. Cette fois-ci, tout était différent. J’étais devenue une autre personne. Oh, bien sûr, je pouvais tenter de me convaincre – à tort – que j’avais juste rêvé. Hélas, j’étais consciente malgré tout que c’était vrai. Occulter le problème me paraissait impossible. Néanmoins, et après une bonne réflexion, je concluais qu’il s’agissait-là de la meilleure solution possible pour l’instant. Cela n’avait donc pas existé.

Après ce déni, je me sentis mieux. Plus sereine. Et comme j’étais en route pour marcher on ne sait où, je profitai de mon égarement passer pour me diriger jusque chez mon frère aîné, Haden Slyfiter. Comme Faith, il avait vécu un drame et il mettrait probablement du temps pour s’en rétablir. Aussi, cela faisait un moment que je ne m’étais pas rendu à ses côtés. Il me manquait, tout comme Faith. Ne plus vivre ensemble avait ses avantages, mais aussi ses inconvénients.

J’arrivai alors en haut de son immeuble, telle une fusée dotée de supers-pouvoirs, et je finis par être devant sa porte à laquelle je frappai trois coups violents. J’étais nerveuse, malgré ma décision de tout nier en bloque. Lorsqu’il ouvrit la porte, mon sourire illumina mon visage. J’étais si contente de le revoir ! « Haden ! Tu m’as manqué ! » lui criai-je presque en me jetant dans ses bras musclés et rassurants. J’adorais nos câlins, étant enfant. Sauf qu’à ce geste, je repensai à autre chose. Nerveusement, je me reculai. Il fallait que je paraisse normale. Continuant sur ma lancée, je pris le temps d’ausculter du regard mon frère. Il avait une petite mine. Je fronçai alors les sourcils, étonnée. « Ca ne va pas ? » lui demandai-je alors, perplexe.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
A beautiful life
MessageSujet: Re: Devon - C’est dans le mensonge que la vérité commence. Sam 8 Fév - 16:40






C’est dans le mensonge que la vérité commence

Parfois ce sont les gens qui vous trouvent, et on a beau les repousser ils entrent malgré tout dans votre vie. Et un jour vous vous apercevez que vous avez réellement besoin d’eux.


Qui cela pouvait bien être à cette heure, Haden n’en savait rien. Après tout il n’avait pour ainsi dire que très peu d’amis, du moins peu qui savent où il habite. Elena ? Ils se voyaient régulièrement mais généralement pas en matinée. Liam ? Sans doute se remet-il de sa dure soirée, comme chaque jour. Alors qui ? Faith ? Nathen ? Devon ? A cette simple pensée un sourire illumina son visage. Haden s’empressa donc d’aller ouvrir et à peine eu-t-il tiré la porte vers l’intérieur qu’un véritable boulet de canon se jeta sur lui. « Haden ! Tu m’as manqué ! ». Il serra sa sœur un peu plus contre lui. Elle aussi elle lui avait manqué. Faut dire que maintenant que chacun avait sa vie privée, ce n’était plus vraiment comme avant. Pourtant Haden avait se besoin continuel de vouloir la protéger. Elle paraissait tellement fragile avec son corps si frêle. D’un geste tendre il eu le temps de déposer un léger baiser sur son front avant que Devon ne se recule vivement. L’odeur de l’alcool était donc si présente ?
 
Haden ferma la porte une fois que sa sœur fut entré. C’est alors qu’elle lui adressa les mots fâcheux : « Ca ne va pas ? ». Il déglutit avec peine fuyant du mieux qu’il le put son regard perçant.
 
« Je vais bien oui, pourquoi ça n’irai pas ? »
 
Il lui adressa alors son plus beau sourire, mais aussi son plus faux… Oh bien sur il aurait pu lui avouer qu’hier soir, une fois de plus, il avait fini par noyer sa peine dans le whisky, mais connaissant Devon cette dernière en aurait fait une affaire d’Etat. Et croyez le ou non c’est bien la dernière chose dont vous voudriez sur cette terre. Haden, comme pour couper court à toute autre question du style se dirigea vers le frigidaire et sortie deux canettes de celui-ci pour en déposer une devant sa sœur, déjà installée au bar.
 
« Et toi alors. Raconte-moi, qu’est ce qui t’es arrivé depuis la dernière fois ? »
 
Il connaissait sa sœur par coeur, et le fait qu’elle se jette comme une bombe sur lui n’avait rien d’anodin. Bien sûr entre eux il y avait toujours eu ces petits câlins, ces petits gestes tendres l’un pour l’autre, mais jamais cette détresse, ce besoin de se rassurer que tout va bien. Pourtant si Haden se doutait de quelque chose il ne dit mot, laissant le soin à sa sœur de le lui cacher ou non. Après tout, tout le monde ment, lui le premier… A cette pensée il resta un moment les yeux fixés dans le vide, les images de la soirée prenant possession de lui comme pour le faire se sentir davantage coupable. Merde alors qu’est ce qui clochait tant chez lui ? Chassant ce malaise d’une grimace il plongea son regard dans celui de sa sœur. Elle avait tellement changée… Physiquement parlant. Ce n’était plus le petit bébé qui était en face de lui mais une belle jeune femme qui devait en avoir plus d’un derrière les fesses.  Ah s’il pouvait leur faire la misère à tous ceux là… Bien entendu à ce moment là, Haden était à des années lumières de s’imaginer que son propre cousin faisait parti du lot…

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas
Invité
A beautiful life
MessageSujet: Re: Devon - C’est dans le mensonge que la vérité commence. Sam 8 Fév - 20:19



Somme-nous tous fous ?
Je n’étais pas dupe, je remarquais bien que mon frère n’était pas dans son état normal. Je le connaissais trop bien, ce grand gaillard ultra-protecteur qui se voulait être un rocher ; mon ancre, en quelque sorte. Parfois, il était un peu trop envahissant et curieux. Mais c’est ce qui faisait son charme, à ce nounours ! Il avait beau nier de mille façons ce que je venais de percevoir dans son regard, je n’étais pas capable de le croire. Toutefois, je lui permis de ne pas se dévoiler. Il devait avoir ses raisons. Je me contentai alors d’hausser doucement mes épaules. « Je ne sais pas. Une fausse impression sans doute. » Je me contentai alors de me diriger dans son appartement, que je connaissais bien à force d’y passer à l’improviste, et je pris l’initiative de m’asseoir au bar que comportait sa cuisine. Je l’observai alors me remettre une canette de Coca Cola. Je buvais extrêmement peu d’alcool. Sans doute parce que je voyais des bourrés bien souvent dans le cadre de mon travail. Et puis je n’avais jamais aimé le goût aussi. Ca aidait. Je lui souris alors et j’ouvris la canette, entendant le doux son particulier de son gaz qui s’en échappe.

Il prit alors le soin de me demander de mes nouvelles ; Plus précisément depuis la dernière fois que nous nous étions vus. Cela faisait un moment, évidemment. Je souris doucement, haussant les épaules et fixant ma canette quelques instants. J’aurais pu lui avouer la vérité. Lui dire que, moi aussi, je souffrais d’un mal comparable à la folie de Liam. Cela n’aurait pas forcément été difficile à dire, dans le fond. Parce que j’étais honteuse, oui, mais je ne parvenais pas à regretter suffisamment mes actes. Alors je redressai ma tête, l’air de rien avec un grand sourire, et je me décidai à annoncer une nouvelle qui faisait partie de mon mal être. « Adriel est revenu dans le coin. Et il paraît que Genesis aussi. » Non, pas de petit-ami à annoncer ni de perte de virginité avec un parfait inconnu dont je serais enceinte. Il devait être rassuré. Cependant, s’il savait ce qui se cachait derrière mon manque de confiance... Enfin, chacun ses petits secrets ! Je me doutais qu’il en avait, lui aussi. Je repris alors mon beau discours. « Je suis allée voir notre cousin. Il a acheté une vieille bâtisse qu’il retape. Et il va être lieutenant dans la police. Je vais bosser avec lui. » Plus je pensais à cela et plus cela me mettait mal à l’aise. On pouvait imaginer que c’était uniquement parce qu’être sous les ordres de mon cousin me déplaisait ; sauf qu’il s’agissait de bien pire que cela. Je me contentai alors de sourire et de prendre une gorgée de soda.

Puis je ne puis m’empêcher de remarquer, au fond de la cuisine, une bouteille de whisky vide et quelques cadavres plus loin. Je fronçai les sourcils puis je le regardai. Tiens, il y avait eu du monde ici hier soir ? On ne dirait pas, étant donné l’état de l’appartement. Je voulus toutefois lui faire la remarque en plaisantant. « Tu as invité du monde hier soir pour avoir autant de cadavre dans l’évier ? » Je pensais simplement qu’il allait me dire la vérité ; Un simple événement organisé sans qu’il ne m’en parle ou une beuverie avec des collègues. Si je me doutais de ce qu’il en était...

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
A beautiful life
MessageSujet: Re: Devon - C’est dans le mensonge que la vérité commence. Mar 11 Fév - 10:40






C’est dans le mensonge que la vérité commence

Parfois ce sont les gens qui vous trouvent, et on a beau les repousser ils entrent malgré tout dans votre vie. Et un jour vous vous apercevez que vous avez réellement besoin d’eux.


Lui mentir était une chose des plus difficile. Cependant Haden était persuadé quand lui avouant la vérité cela lui ferait plus de mal que de bien. Et puis de toute façon il n’avait pas besoin de quelqu’un pour s’apitoyer sur son sort, il s’en sortait très bien tout seul. « Je ne sais pas. Une fausse impression sans doute. » Ouai sans doute... Mais Haden n’était pas dupe, il savait qu’elle savait que ça n’allait pas. Une fois installé l’un en face de l’autre, Haden entreprit d’ouvrir sa canette à son tour. Il espérait secrètement que l’effet gazeux de sa boisson allait le nettoyer un peu de l’intérieur. Même si c’était peine perdue...  

Devon avait son regard fuyant... Celui là même qu’elle prenait étant petite lorsqu’elle venait à faire une bêtise. Elle avait grandit maintenant, et ce n’était certainement pas une petite bêtise comme avant. Haden voulait savoir ce qui se tramait, mais s’il dépassait la limite il aurait également des comptes à rendre, et ça s’était hors de question, pas maintenant. C’est alors que sa soeur lui parla de ses cousins, et plus particulièrement de leur retour à Dungannon. « Adriel est revenu dans le coin. Et il paraît que Genesis aussi. » Cette nouvelle eu effet de remonter quelque peu le moral de Haden.

« Ah oui ? Depuis quand ? »

« Et voilà mon vieux, à force de trop boire tu en oublies qu’autour de toi il y a une vie... ». Et bim un petit pic, histoire de le faire culpabiliser un poil de plus. Cependant il n’eu pas le temps de s’attarder la dessus, que Devon enchaina  « Je suis allée voir notre cousin. Il a acheté une vieille bâtisse qu’il retape. Et il va être lieutenant dans la police. Je vais bosser avec lui. ». Et pour une fois ce fut un véritable sourire qui apparu sur son visage. Tant mieux Haden préférait de loin savoir sa soeur aux côtés de son cousin, plutôt que prêt d’un vieux crevard de patron laissant un peu trop ses yeux se balader là où il ne faudrait pas. Ouai il préférait...

« C’est génial ça ! Il va pouvoir te montrer quelques trucs alors. Et puis j’ai cru comprendre qu’il était plutôt doué dans ce domaine »

Et pas que dans celui là apparemment... Enfin pour le moment Haden ne parlait exclusivement que de boulot. C’est alors que la conversation tourna vers ce quoi il ne voulait pas du tout qu’elle aille. « Tu as invité du monde hier soir pour avoir autant de cadavre dans l’évier ? » Haden manqua de s’étouffer en avalant une gorgée de sa boisson.

« Ah ça ? Oh rien qu’une petite soirée entre potes après le boulot, tu sais comment ça fini ? On rentre tard, on commande un pizza puis on fini le reste des bouteilles... »

Ah ceci prêt qu’il y a quelques années, Haden n’aimait pas l’alcool... Pourvu que sa soeur ne s’en souvienne pas, et il serait sauvé, sinon il serait à nouveau obligé de trouver une nouvelle excuse, et ça il ne voulait pas y faire face... « Aller mon gars trouve un autre sujet de conversation avant qu’elle ne rapplique »

« Et sinon Nathen va bien ? Je veux dire il n’a pas... »

Prononcer cette période de sa vie était toujours très difficile. Haden y avait mit du sien pour le sortir de sa merde. Ca n’avait pas été de tout repos pendant ces quelques mois de sevrage... Pourtant aujourd’hui il était fier de son frère. Il n’avait pas encore rechuté. Mais jusqu’à quand ? Après tout Haden était la preuve vivante qu’à chaque instant on pouvait être de nouveau faible... Les cadavres de bouteilles postées derrière lui pouvaient en témoigner...


© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas
Invité
A beautiful life
MessageSujet: Re: Devon - C’est dans le mensonge que la vérité commence. Mer 12 Fév - 11:09



Somme-nous tous fous ?
Je ne savais pas depuis quand Adriel et Genesis étaient revenus à Dungannon. Il faut dire que je ne lui avais pas trop posé de questions sur son envie de retour dans le coin. Ce n’était pas mon genre de fouiner dans les affaires des autres ; sauf quand il s’agissait de mon travail, évidemment. Mais dans d’autres mesures, j’étais assez effacée et discrète. Ma vie privée ne regardait que moi et je pensais que la plupart de mon entourage appréciait qu’on ne les harcèle pas d’un millier de questions ou qu’on se mette à trop vouloir connaître les détails de leur vie. Généralement, s’ils voulaient m’en parler : ils le faisaient. Je me contentai alors d’hocher les épaules assez haut quand il me demanda depuis quand ils étaient de retour. Je souris lentement à cette remarque et je pris une gorgée de ma boisson.

J’enchaînai alors en parlant de la profession d’Adriel ; Il allait être mon lieutenant. Mon supérieur. En m’imaginait cela, ça me faisait vraiment drôle. En réalité, cela me faisait peur. Comment allais-je pouvoir gérer mon désir pour lui et cette proximité quotidienne ? Cette envie me brûlait de l’intérieur et me rendait aveugle aux autres hommes. D’un seul coup, c’était comme si mon univers ne tournait plus qu’autour de lui ; J’avais envie de sa présence. Non, j’en avais besoin. Pourtant, c’était une relation totalement interdite. Je pris alors une autre gorgée de ma boisson, pensive, tandis que mon frère enchaîna. Lorsqu’il dit qu’il était doué dans ce domaine, je failli tressaillir, le coeur battant. S’il savait ce qu’il s’était passé, il ne tarirait pas tant d’éloges sur lui ! Enfin, j’imaginais. Et je pensais aussi que j’aurais droit à une claque aussi. C’était possible.

Je tâchai alors de changer de conversation pour parler des cadavres de bouteilles qui trônaient sur l’évier. Haden alors m’informa qu’il avait invité des amis à venir manger un bout et finir quelques verres. Je grimaçai un peu, en fronçant les sourcils. « Je ne savais pas que tu avais les réserves d’un bar, ni même que tu aimais l’alcool maintenant. M’enfin... » Je laissai en suspend ma phrase, parce que je ne voulais pas l’accabler de profiter de sa vie et de sa jeunesse. C’est vrai que j’avais envie de le voir se retrouver quelqu’un et pouvoir être heureux, simplement. Mais depuis peu, il s’était renfermé sur lui-même. Un peu comme Faith. Et je savais très bien de quoi il s’agissait.

Une énième fois, nous changeâmes de sujet. Cette fois-ci, il me parla de Nathen. Mon jumeau et moi vivions ensemble. D’un côté c’était parce que nous étions plus que proches depuis notre plus tendre enfance, notre lien étant ce qu’il était. De l’autre, c’était parce que j’avais envie de garder un oeil sur lui et son comportement. Une rechute dans la drogue nous serait à tous très pénibles. Sa descente aux Enfers risquait de recommencer à tout moment. Je baissai alors la tête, songeuse. « Il va bien. » Puis je redressai mes yeux dans ceux de Haden. Je crois que je comprenais quelque peu pour quelle raison mon frère aîné me demandait dans quel état moral se trouvait son petit frère. C’était une manière de dire que lui aussi n’allait pas bien. Je souris doucement, l’air compréhensive et triste à la fois. « Et toi, Haden ? Tu te remets de la mort de... Jaden ? » Lui demandai-je d’une voix posée. Cela avait été dur pour lui de perdre son meilleur ami. Quant à Faith, je ne sais pas si elle s’en relèverai un jour. Elle avait perdu son âme-soeur et son bébé. Quelle femme pouvait supporter ça ?

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
A beautiful life
MessageSujet: Re: Devon - C’est dans le mensonge que la vérité commence. Jeu 13 Fév - 19:08






C’est dans le mensonge que la vérité commence

Parfois ce sont les gens qui vous trouvent, et on a beau les repousser ils entrent malgré tout dans votre vie. Et un jour vous vous apercevez que vous avez réellement besoin d’eux.


Comment cette addiction pour l’alcool avait-elle commencée exactement ? Haden ne savait plus vraiment... Peut être après avoir remarqué que la présence de sa famille n’était pas assez forte pour combler ce manque, après avoir essayé de retrouver cette adrénaline qu’Haden et Jaden aimaient tant partager autrefois, mais qui était belle et bien perdue aujourd’hui... Après avoir tenter de rassurer Faith chaque soir où elle se retrouvait seule dans le froid de ses draps, l’appelant à l’aide... Oui c’était certainement un trop plein de tout ça qui avait fait que le jeune homme s’était mis à boire. La pression, le manque, la solitude, tout ça, ça n’avait rien de bon et le simple fait de pouvoir oublier, ne serait ce quelques heures, c’était comme s’approcher de ce bonheur qui lui avait filé entre les doigts. « Je ne savais pas que tu avais les réserves d’un bar, ni même que tu aimais l’alcool maintenant. M’enfin... » Lui non plus il y a quelques mois il ne savait pas.... Le pire dans cette histoire c’était peut être le fait de constater que ces bouteilles il se les étaient enfilé à lui seul, chaque soir de la semaine. Comment réussissait-il encore à tenir ? Miracle. Presque honteux de la remarque de sa soeur, Haden fronça les sourcils avant de la fuir du regard. Que pouvait-il bien ajouter de plus à cela ? Un mensonge supplémentaire ? C’était déjà bien assez dur comme ça.

C’est dernier temps Haden savait qu’il avait changé, qu’au fond il n’était plus tout à fait le même. Pourtant il avait essayé de résister, de lutter face à cette descente aux Enfers. Mais plus il tentait de faire face, plus ses forces s’amenuisaient, aujourd’hui elles étaient quasiment inexistantes. Pour ainsi dire il avait pratiquement disparue de la circulation... Sa vie ne se résumait qu’à peu de mot : Une fois sa journée de travail achevée il n’avait qu’une hâte, rentrer chez lui pour s’enfiler au plus vite ce nectar qui lui faisait tout oublier, une fois endormi la journée du lendemain recommençait et ainsi de suite...

Cependant tout n’était pas si négatif, la présence de sa soeur en ce jour avait le don de lui redonner se sourire disparu depuis un moment. De même lorsque Devon le rassura sur la situation de leur frère, Nathen : « Il va bien. ».

« Tant mieux alors. »

Il savait qu’il pouvait compter sur elle pour veiller au bien être de Nathen. Elle était sa force et certainement ce qui le fera tenir encore et encore. Malheureusement, aujourd’hui, Haden ne pouvait plus camper sur ses positions. Notamment lorsqu’il avait sortit Nathen de sa merde. Parce qu’après tout, ce qu’il était en train de vivre était fort comparable à ce que son frère avait vécu... Et ça rien n’y personne ne pourrait l’excuser.

De nouveau perdu dans ses pensées, Haden prit une autre gorgée de sa boisson avant de constater que c’était belle et bien la dernière goutte au fond de la canette. Devon entreprit alors de casser le silence régnant :  « Et toi, Haden ? Tu te remets de la mort de... Jaden ? ». A l’annonce de ce nom, ce fut son estomac tout entier qui se tordit. La douleur était toujours là, et il pouvait bien la fuir autant de fois qu’il le voulait, elle revenait sans cesse. Néanmoins il entreprit de se dévoiler quelque peu à Devon. Après tout elle méritait bien ça...

« Il me manque. Constamment. Je me réveil le matin et je ne peux que constater le vide qu’il a mit dans ma vie. Je sais très bien quand arrivant au boulot il ne sera pas là à me fait rire avec sa blague du jour merdique. Qu’il ne me donnera pas un coup dans le coude à chaque fois que l’on croisera une nana avec un cul d’enfer. Qu’il ne me fera pas ce foutu clin d’oeil à la fin de chaque intervention réussie... C’est comme si j’avais perdue une partie de moi. Ca fait un mal de chien... »

Tout en parlant, Haden s’était levé pour se dirigé vers la fenêtre, les poings fermés. Parce que regarder sa soeur dans les yeux aurait été bien trop difficile et qu’il aurait forcément finit par lui dire « Et tu sais quoi ? Par sa faute je suis devenu tout ce que je pouvais détester chez un homme : la lâcheté à l’état pur »


© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas
Invité
A beautiful life
MessageSujet: Re: Devon - C’est dans le mensonge que la vérité commence. Lun 17 Fév - 13:34



Somme-nous tous fous ?
« Tant mieux alors. » Parfois, je culpabilisais lorsque nous parlions de Nathen. J’avais cette impression de ne pas avoir su comprendre ma moitié, mon propre jumeau, et de l’avoir abandonné à son triste sort devant la drogue. Pourtant, je me donnais au maximum afin de le surveiller sans qu’il ne s’en doute de trop. Je voulais qu’il ait l’impression que je lui faisais entièrement confiance ; Toutefois, je ne me sentais pas vraiment en sécurité face à ce problème. Je préférais de loin prendre mes précautions et ainsi intervenir s’il tombait dans une rechute qui l’amènerait forcément dans un gouffre sans fond. Dans les méandres qu’il avait goûtées, je ne savais comment agir pour ne pas lui donner une sensation mauvaise. Avec son choix, un fossé s’était quelque peu creusé entre nous. Mais il demeurait mon égal, ma moitié, et je ne l’abandonnerais jamais. Ainsi je prenais soin de lui en vivant à ses côtés tout en lui laissant une certaine indépendance, bien que maîtrisée. Et plus je songeais à cela, plus je me rassurais en disant que je faisais au mieux pour lui. Hélas, j’entendais toujours cette petite voix derrière ma tête qui me murmurait « tu aurais dû être présente pour lui avant » ; Je lui aurais alors épargné cette souffrance horrible. Cependant, il m’était impossible de retourner dans le passé et de le modifier. Aussi devais-je donc vivre avec cette culpabilité qui me rongeait, par moments.

Quant à Haden, je sentais largement qu’il y avait un gros problème quelque part dans sa vie. Son comportement avait changé ; Et je ne me faisais pas des idées, malgré ce que j’avais fait avec Adriel. J’étais très clair à ce sujet : quelque chose ne tournait pas rond. Je mettais un point d’honneur à le découvrir. Je m’appliquai donc, instinct de policière oblige, à frapper là où cela pouvait lui faire mal afin de lui permettre de sortir ses émotions et ses problèmes un à un. Je lui demandai alors comment il s’en sortait depuis que Jaden, son meilleur ami et accessoirement le fiancé de Faith, était décédé sur une intervention. Je pris le temps d’avaler quelques gorgées, essayant de paraître zen. Néanmoins, au fond de moi, j’étais anxieuse. Je voulais savoir si son état avait un rapport quelconque avec la mort de son meilleur ami. Et je fus servie !

« Il me manque. Constamment. Je me réveil le matin et je ne peux que constater le vide qu’il a mit dans ma vie. Je sais très bien quand arrivant au boulot il ne sera pas là à me fait rire avec sa blague du jour merdique. Qu’il ne me donnera pas un coup dans le coude à chaque fois que l’on croisera une nana avec un cul d’enfer. Qu’il ne me fera pas ce foutu clin d’oeil à la fin de chaque intervention réussie... C’est comme si j’avais perdue une partie de moi. Ca fait un mal de chien... » Je vis mon frère rougir de colère et se diriger vers une fenêtre, les poings serrés. Il en voulait à la vie. Il en voulait au monde entier. Lentement, mes yeux le regardèrent puis se dirigèrent sur les cadavres de bouteilles vides. Le lien se fit dans ma tête, petit à petit. Mon frère, Haden, celui qui me servait de modèle et qui n’avait jamais flanché, celui qui m’avait presque élevée, s’était mis à boire pour oublier son chagrin. Si j’avais par moment envie de faire comme lui pour oublier ma débilité profonde, je restais convaincue que c’était une mauvaise solution. Calmement, je posai ma canette vide sur le bar, pensive. Puis mes yeux verts se posèrent sur lui, avec douceur et compréhension. « C’est pour ça que tu t’es mis à boire, hein... » Plus une question qu’une affirmation, je voulais savoir s’il aurait le courage de me mentir ou de démonter mes propos en disant que je me trompais. Parce que je n’étais pas dupe et il le savait bien ; Je ressentais le malheur de mon entourage comme un poignard dans le coeur. Et ça personne, pas même mon frère, ne pouvait le dissimuler suffisamment pour que je ne remarque rien. J’avais cet air triste sur le visage, le coeur serré et pourtant qui battait si fort. Je voulais qu’il s’en sorte ; Qu’il admette son problème. Qu’il me laisse l’aider comme j’avais pu le faire avec Nathen. Parce que, après tout, je lui devais bien ça pour toutes ses années de sacrifices.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
A beautiful life
MessageSujet: Re: Devon - C’est dans le mensonge que la vérité commence. Mar 18 Fév - 19:46






C’est dans le mensonge que la vérité commence

Parfois ce sont les gens qui vous trouvent, et on a beau les repousser ils entrent malgré tout dans votre vie. Et un jour vous vous apercevez que vous avez réellement besoin d’eux.


Généralement, les gens ne cesse de dire que le temps file, qu’il faut savoir en profiter si on ne veut pas se retrouver dans cette spirale infernale. Ce temps si précieux qui nous échappe comme si l’on essayait d’attraper de l’eau, ce temps qui inlassablement s’épuise... Aujourd’hui, Haden lui en voulait terriblement, parce que c’était lui qui lui avait prit son meilleur ami, parce qu’il n’a pas su apprécier leurs souvenirs au bon moment, parce qu’il continue à se moquer de lui en le contraignant à se vautrer dans son canapé chaque jour que Dieu fait. Et surtout parce qu’il se sent totalement incapable de lutter face à lui, et un jour où l’autre viendra où ce temps finira à nouveau par gagner... Que voulez vous, il y a parfois des combats que l’on ne peut gagner, et celui ci était de taille.

« C’est pour ça que tu t’es mis à boire, hein... ».  A cette simple remarque de la part de sa soeur, Haden ne prit même pas la peine de paraitre surpris. Comment cacher une chose pareil à un flic ? Cependant il ne détourna pas le regard de sa fenêtre. Se remémorant la première fois où il avait tremper ses lèvres dans le whisky. Il se souvenait parfaitement de chaque brulure que ce liquide lui avait infligé. Comme si, par ce biais, il s’infligeait ce qu’il aurait du subir cette nuit là, dans cet immeuble, à la place de Jaden. Lentement Haden laissa sa tête se poser contre le froid glacial de la vitre. Fermant les yeux, il sentit la douleur au creux de son ventre, comme si ses tripes s’émiettaient à petit feu.

« C’est moi qui aurait du me retrouver là bas ! Pas Jaden... J’étais responsable de lui bordel. Pourquoi a-t-il fallu qu’il joue au héros hein ?! »

D’un rapide coup son poing se retrouva dans le mur, y laissant alors l’emprunte de ses doigts repliés. Le sang ne tarda pas à recouvrir ses phalanges. Mais avec l’alcool certainement encore présent dans l’organisme, Haden ne sentit pas tout de suite venir la douleur. Au contraire,  s’affliger de telles souffrances avaient tendance à l’apaiser. Après tout qu’est ce quelques articulations cassées, quand votre meilleur ami se trouve six pieds sous terre hein ?

Machinalement, Haden entreprit de se diriger vers le frigidaire et d’en sortir une bière. Comme si la présence de Devon ne signifiait plus rien. Après tout elle savait non ? Il l’ouvrit alors, non sans difficulté avec sa main estropiée, et l’entama à grandes gorgées, la vidant presque à sa moitié en un coup. Il croisa alors le regard de sa soeur. Pour la première fois de sa vie il ne su dire si c’était de la colère, de l’angoisse, ou bien tout simplement de la pitié qu’elle avait envers lui. Qui sait peut être un peu tout ça à la fois... Mais pouvait-il lui en vouloir ? Pas vraiment.

« Tout ce que je te demande, c’est de ne pas me juger. On fait tous des choix que l’on regrette un jour ou l’autre. Je tiens le miens dans ma main droite, alors s’il te plait, tais toi. »

Il aurait voulu rester seul afin de s’enfiler le pack de bière, de finir sa journée allonger sur le sol et de se repasser cette fameuse scène de l’immeuble en feu encore et encore... Pourtant au fond de lui, à ce moment précis Haden avait plus besoin que n’importe qui de Devon. Parce qu’il pouvait le nier autant de fois qu’il le voulait, il avait cruellement besoin d’elle, de quelqu’un sur qui s’appuyer pour se relever... Quelqu’un qui ne le jugerait pas, qui pourrait essayer de comprendre... Mais peut être faisait-il fausse route...



© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas
Invité
A beautiful life
MessageSujet: Re: Devon - C’est dans le mensonge que la vérité commence. Dim 23 Fév - 14:35



Somme-nous tous fous ?
J’essayais, inconsciemment, de me montrer distante et effacée devant la peine de mon frère aîné. J’avais voulu, malgré moi, occulter une partie de son problème. Comme si je ne savais pas qu’il souffrait tout autant que Faith de la mort de Jaden. Bien sûr, c’étaient des relations très différentes. Néanmoins, cela en restait une terrible épreuve. De plus, j’étais persuadée que mon frère s’en voulait plus que tout au monde de ce terrible accident. Il était pompier, supérieur qui plus est, et il n’avait pas réussi à dissuader son meilleur ami de se jeter dans le bâtiment en flammes. Jaden avait offert sa vie pour en sauver une autre, celle d’une parfaite inconnue qui n’avait probablement rien demandé à la vie. Avais-je le droit d’en vouloir à Haden ? Par sur ce point, c’était évident. Je me serais sans doute mise dans un état tout aussi lamentable. Cependant, je sentais en moi une légère amertume, souvenir tumultueux de la descente aux Enfers de Nathen quand il s’était mis à la drogue. Pourquoi mon aîné reproduisait-il alors ce même schéma ? Ne savait-il pas à quel point cela m’avait été pénible ? Pourtant, il recommençait. Je lui affirmai alors que je savais sa détresse et son addiction. Je voulais qu’il réagisse. Et je fus servie. « C’est moi qui aurait du me retrouver là bas ! Pas Jaden... J’étais responsable de lui bordel. Pourquoi a-t-il fallu qu’il joue au héros hein ?! » Et là, à la fin de sa phrase, sous le coup de l’émotion et de la colère, il se mit à violenter le mur d’un coup de poing, ce qui fit retentir un mauvais bruit, digne des films d’action. Je grimaçai alors, avant de lever les yeux au ciel, exaspérée par le comportement d’Haden. Il fallait qu’il se ressaisisse et réagir de cette manière ne le ramènerait pas le moins du monde. Je remis alors mes cheveux en arrière, puis je constatai qu’il se pencha dans le frigidaire pour en sortir une bière. Il en but la moitié, malgré sa main qui se couvrait d’un sang léger, tout en me toisant. Mes yeux s’enfoncèrent alors dans les siens. J’étais en colère. Vraiment. Je lui en voulais terriblement de ne pas savoir se relever ou même de penser aux autres. Je le trouvais des plus égoïstes.

« Tout ce que je te demande, c’est de ne pas me juger. On fait tous des choix que l’on regrette un jour ou l’autre. Je tiens le miens dans ma main droite, alors s’il te plait, tais toi. » Je baissai les yeux. Dans le fond, il avait simplement raison. Je n’avais pas le droit de le juger ni de lui demander d’aller bien, de faire semblant, parce que j’étais trop immature pour avoir envie qu’il me dévoile sa peine comme il venait de le faire. Je me redressai alors de la chaise du bar, l’ignorant presque sur mon passage – malgré mon regard de coin – et je pris alors des glaçon dedans. Je les enfermai alors dans un linge afin qu’ils ne soient pas en contacte directe sur la peau de mon frère et je lui tendis le baluchon, l’air presque livide. « Mets ça sur ta main. Ca calmera la douleur. » Bien sûr, j’avais remarqué qu’il n’avait pas crié ni manifesté la moindre souffrance par un cri. J’en déduis donc qu’il était encore imbibé d’alcool, sûrement à cause de sa soirée de la veille. Il m’avait menti, j’en étais persuadée. Je soupirai alors et je repris la direction du frigo à mon tour, sans émettre le moindre jugement. Mais je voulais qu’il comprenne. Alors je m’emparai d’une bière à lui et je l’ouvris sous ses yeux. Puis je fis la même chose avec deux autres bières. Je pris la première dans ma main et, en le défiant du regard, j’avalai son contenu d’une traite.

Le goût amer me brûla la gorge alors je fermis les yeux. Je détestais ce goût. D’ailleurs, je ne buvais jamais la moindre goutte d’alcool et ce depuis des années. Toutefois, je voulais qu’il voit sa petite soeur avaler ce qu’il affectionnait tant. Je voulais qu’il comprenne ma douleur lorsqu’il ingurgitait ce liquide immonde qui ne résolvait rien. Je n’avais pas le droit de parler, mais je pouvais agir. Et si une bière ne suffirait pas, j’avalerai le pack. Quitte à être malade. Et ça, il le savait. Il me connaissait suffisamment pour savoir que ma détermination était sans faille.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
A beautiful life
MessageSujet: Re: Devon - C’est dans le mensonge que la vérité commence. Jeu 6 Mar - 13:07






C’est dans le mensonge que la vérité commence

Parfois ce sont les gens qui vous trouvent, et on a beau les repousser ils entrent malgré tout dans votre vie. Et un jour vous vous apercevez que vous avez réellement besoin d’eux.


Sur ce coup là, Haden le savait, il n’avait été qu’un parfait idiot. Taper dans un mur et révéler à sa soeur son mal être n’avait sans doute pas été la meilleure solution au problème, pourtant au fond ça faisait un bien fou. Se libérer de toute cette culpabilité, de cette douleur qui continuait de le ronger inlassablement... Même s’il savait parfaitement qu’elle ne pourrait disparaitre ainsi, si facilement.  Sans un mot il vit Devon se lever et venir positionner quelques glaçons provenant du frigidaire dans un torchon qu’elle lui tendit par la suite :  « Mets ça sur ta main. Ca calmera la douleur. » La douleur ? Il ne la sentait même pas. Ou peut être, au contraire, y était-il trop habitué. Toujours est-il que la poche froide sur ses articulations eu l’effet escompté : le sang se stoppa au bout de quelques minutes.
 
Puis, la scène qui se déroula sous ses yeux le laissa des plus perplexe. Sa soeur ouvrit la porte du frigidaire, prit une bière, puis se positionna en face de lui, les yeux dans les yeux, avant de venir engloutir le liquide. Vu sa mine cela ne devait pas être de super bon gout pour ses papilles. Toujours est-il qu’elle ne renonça pas. Le regard écarquillé, Haden ne comprenait pas vraiment ce qui se passait à ce moment précis.
 
« Devon ... ? »
 
Avant de se rendre compte que la voir boire ainsi lui fut fatal. Oh il savait qu’une bière ne la tuerait pas, bien entendu, mais s’infliger cette peine à cause de lui, ça oui. Machinalement il reposa son poison préféré sur le bar, puis vint se positionner face à elle. D’un geste tendre il lui prit la bière des mains qu’il déposa prêt la sienne. Et alors, sans un mot, il prit Devon dans ses bras, l’enveloppant de ses muscles, son menton se positionnant sur le haut de sa tête. Ils restèrent un moment ainsi, avant qu’il ne rouvre les yeux et ne vienne lui murmurer ces quelques mots.
 
« Pardonne moi... »
 
Bien sur il aurait pu sur le moment lui promettre d’arrêter, de ne plus toucher à tout ça, pour elle, mais il savait qu’il n’en serait pas capable. Pas tout de suite. Parce que renoncer à ça, c’était renoncer à Jaden, à travers l’alcool Haden continuait d’entretenir un lien malsain avec son fantôme, son passé, et bien qu’il savait que cela ne lui était pas des plus favorable il n’avait pas envie de stopper tout ça. Devon ne pourrait certainement pas comprendre, peut être même serait-elle en colère contre lui, mais dans la vie les choix que l’on prend ne sont jamais facile, et celui ci était de taille.
 
La situation le blessait, physiquement mais aussi intérieurement. Haden était conscient qu’un jour ou l’autre cette saloperie ferait en sorte de le laisser à terre. Mais ce jour là, il s’était promis qu’il n’arriverait jamais. Qu’il serait capable de se relever avant, et enfin de laisser Jaden s’envoler. Mais les promesses ne sont-elles pas faite pour être détruites justement ?
 




© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
A beautiful life
MessageSujet: Re: Devon - C’est dans le mensonge que la vérité commence.

Revenir en haut Aller en bas

Devon - C’est dans le mensonge que la vérité commence.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Someone like you :: Hors-jeu :: Archives Rps-